Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

16.7.12

Le coup de poignet :

On distingue deux types de coup de poignet : Le volontaire, celui qui donne une rotation plus ou moins importante de la boule sur elle-même… Et l’involontaire qui déclenche des pas droits !

Je traiterai ici de celui qui est volontaire !

On emploiera aussi les expressions de : Coup de paluche, enrouler, serrer ou visser la boule…

En quoi imprimer une rotation à la boule est-il avantageux ? Au point comme au tir ca permet à la boule de mieux s’écraser sur le sol.

Prenons l’exemple d’un vélo ! (Ouai… C’est en rapport au tour de France qui a lieu en ce moment…) : Si, sur un terrain en gravier vous donnez un coup de frein (Je vous conseille de le faire de l’arrière !), qu’est ce qui va se passer, vous allez déraper, créant un sillon sur le sol !

Et bien, le coup de poignet, à la pétanque, ça revient à la même chose ! Une boule qui tourne sur elle-même lorsqu’elle va toucher le sol, va s’enfoncer, ou autrement dit, s’amortir. Au tir, c’est rudement avantageux, vous ferez plus de carreaux, car le centre de gravité de la boule de tir va arriver plus bas que celui de la boule à tirer ! Essayez avec une grosse cuillère de ramasser un œuf ! Vous verrez que pour plus vous présenterez la cuillère en bas de l’œuf, plus il sera facile de le ramasser ! (Et là, j’utilise le subterfuge de l’image subliminale, puisque vous aurez compris qu’en me lisant vous n’allez faire que des œufs !)


Dans cet article hautement intéressant, nous allons comparer deux frères ! Pour en avoir discuté avec quelqu’un qui les connaît mieux que bien, il me disait que Mendy faisait plus de carreaux que Dylan, je parle donc des Rocher ! Et en effet, Mendy tire beaucoup plus au poignet et donc enroulé que son grand frère… (En plus il tire plus tendu, mais ce n’est pas le propos !)… Pour les avoir vu en vrai les deux, c’est indéniable ! La boule de Dylan, en fait, tourne assez peu… D'où un tir assez peu efficace (bigrement bien compensé par une grande précision) :


@++
Sougil - En roue libre

10 commentaires:

Anonyme a dit…

Salut
Cet article me fait penser aux jeunes handballeurs qui cultivent leur maîtrise de la "roucoulette" (sorte de tir à rebond avec effet)avant même que d'être capables de ne pas tirer sur le gardien.

A la pétanque, tirer c'est... atteindre sa cible. Avant que de vouloir imprimer une sur-rotation (le lâcher pronation imprime naturellement de la rotation) à la boule lancée, il faut sans doute avoir réglé bien d'autres problématiques.

D. Rocher n'imprime pas beaucoup de rotation, parce qu'il accompagne sa boule longtemps. Cet accompagnement lui vaut de lâcher très haut et loin devant lui. Ce long accompagnement est sans doute aussi la clé (la sienne, à son âge) de sa diabolique précision. Cela lui permet aussi, dans le temps de l'action, d'apporter des corrections et ajustements en direction et longueur. Il a le temps pour ce faire. Son geste est ample et lent, sa virgule rythmique très tardive. C'est ce qui lui vaut ces fréquents déhanchements. Ce long accompagnement est forcément aussi générateur de sensations motrices d'autant plus faciles à mobiliser qu'il supporte des compensations.
C'est aussi ce qu'on appelle...l'adresse (plus qu'une technique de référence).
Janik

Sousou a dit…

Pas certain que ce soit l'envoi tardif (je traduis ce que tu as écrit comme ça), qui fait qu'il donne peu de coup de poignet... Comme son nom l'indique, c'est surtout le poignet qui va jouer un rôle. En fait, celui-ci peut plus ou moins se "casser" naturellement... Bruno Rocher envoie aussi très tardivement, pour autant, il donne un sacré coup de paluche !
A contrario, Choupay envoie assez tôt, mais avec une forte cassure du poignet, il tourne aussi beaucoup les boules...

Bref, c'est surtout la souplesse naturelle du poignet qui va jouer !

De plus, ne nous trompons pas, je ne dis pas q'il faille chercher à donner un coup de poignet ! Et, en cela, je suis d'accord avec toi : Celui-ci doit être tout à fait naturel ! En fait... Si je veux enfumer tout le monde : Il y en a qu'ils l'ont de manière... Innée et d'autres non ! :-)

@++
Sougil - Rennais de ses cendres

Anonyme a dit…

Re
L'effet que l'on confère à une boule dépend de comment on libère la pression qu'opère la boule sur les doigts. C'est par conséquent d'abord une question d'ouverture de la main et d'inertie contrariée par le frottement sur les doigts (qui entraîne la rotation). La précision du lâcher sera fonction de l'orientation de cette pression sur les doigts au moment du lâcher...en rapport à la cible.

D. Rocher casse peu le poignet effectivement et lâche haut et loin devant (l'épaule suit le bras et allonge d'autant le trajet de la main tenant la boule), sans beaucoup de rythme, donc...

L'imprécision la plus fréquente que rencontre le tireur procède d'un défaut de coordination entre l'action du poignet et l'ouverture de la main. Un problème d'enchaînement d'action sur fond d'accélération finale du rythme.

Tout joueur se sentant rassuré d'enrouler ainsi la boule (meilleur tenue, davantage de points de contact et de sensations d'alignement), ne doit cependant pas oublier qu'au final tout se jouera dans la virgule rythmique à l'occasion de laquelle s'opère la coordination occalo-manuelle (toi même !).
Autrement dit, ce ne sont pas les sensations de l'armé qui feront le... lancer et... les sensations de tenue ne font pas les sensations de lâcher.

Enfin bref, le poignet... c'est l'arme du pointeur, au service du projet de roulement.
Janik

Anonyme a dit…

Re re
J'ajoute à...je me cite:

"La précision du lâcher sera fonction de l'orientation de cette pression sur les doigts au moment du lâcher...en rapport à la cible"

C'est d'ailleurs là tout l'enjeu de la PRONATION dans le lancer pétanque.

- Eh ben pourquoi ?

Parce que c'est la pronation qui permet l'orientation correcte de la charnière main/avant bras et... l'ouverture du poignet puis de la main...ET donc...la libération de la pression de la boule sur les doigts en direction de la cible.
C'est la biomécanique du lâcher en bout de doigts.

-Oh! Sans blague !?

Non non, je déconne.
Janik

Anonyme a dit…

Re re et fin

La coordination occulo MANUELLE c'est la perception d'une tache à accomplir, dans son environnement, effectuée par la MAIN.

Concentrez vous DONC sur votre MAIN !!!!
Janik

Permafroost a dit…

Je ne suis pas certain qu'une cassure importante du poignet donne effectivement une rotation réellement plus importante. Tout comme pour la dureté des boules supposée produire plus de careaux, j'aimerais qu'un ami scientifique produise un jour de vraies statistiques. Marquer les boules avec un marqueur, et filmer au ralenti plusieurs joueurs avec des cassures différentes de poignet, et compter les rotations de la boule, ça doit être faisable ^^.
Il paraît évident que quelqu'un, comme bcp de féminines, qui ne brise quasiment pas son poignet, imprime très peu de rotation, oui. Mais je ne suis pas certain que passé un certain angle main/bras la rotation de la boule soit plus importante et significative. Je reste persuadé que cela est dû à autre chose, notamment à la position des doigts, et probablement à la vitesse du mouvement du bras lors du retour et à la hauteur du lâcher.

Sousou a dit…

Janik... T'as des origines portugaises ?
"Manuel, Tu y vas occulo et tu tires occalo !"
Dis... Pourquoi tu ne veux pas parler de traces de frein (je ne parle pas de ton caleçon) et de cuillère/oeuf pour être plus intelligible ? :-) En tous cas, je suis plutôt d'accord sur ta conclusion.

Permafroost, je crois que c'est un peu tout qui donne la rotation aux boules : La prise, le poignet, l'envoi, le geste... En tous cas, je le répète, dans la technique de pétanque, le plus important, c'est justement l'envoi !

@++
Sougil - En voix

Anonyme a dit…

Parce que le coup de la cuillère, ou de la trace de frein comme tu dis, ben...ça image le quoi, mais pas le "pourquoi", et surtout pas le "comment".
Ensuite, quitte à taper sous la ligne de flottaison, autant utiliser des boules de petit diamètre alors...non ? et hop ! le tour est joué !
Janik

Bisounours en colère a dit…

Ben mince alors...
Moi qui croyais que notre Sousou etait un adepte du tir plein fer, v'là-ti-pas qu'il essaye de trouver des techniques pour tirer plus efficacement "devant" la boule...
gnark, gnark ;-)))
A quand un article pour nous apprendre de faire de belles rafles sur ce blog ?

Sousou a dit…

Je ne parlerai pas de la rafle, car, si dans ma saison j'en fais 10, c'est vraiment le grand maximum ! En fait j'aime autant la rafle que pointer... C'est dire comme je m'amuse à tirer de cette manière !
Par contre, personnellement, dans les terrains très lisses et rebondissants (Comme dans le carré de la marseillaise, là ou le coup de poignet ne sert à rien), j'avoue que je ne suis pas bon ! J'aime pouvoir tomber 20 devant et faire pile... En mixte cette année, j'ai encore eu l'exemple d'un carré qui ne me convenait pas du tout...

Bref, il y a encore du boulot pour être au niveau de Suchaud ! :-)

@++
Sougil - Mots verts