Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

1.7.12

Etre en phase :


Pas facile de trouver le ou les partenaires avec lesquels on est parfaitement en phase… Un  concours de pétanque ressemble parfois à une partition de musique… (Déjà… Quand j’entends Pink Floyd sur la route, j’ai plus de chance de faire des exploits !). Il y a des moments de temps forts, des moments de temps faibles, un niveau technique minimum à atteindre pour que le morceau se passe sans encombre, et pour ça… Rien de mieux que de jouer en harmonie ! Pour que dans les parties finales on atteigne l’apothéose…

Aujourd’hui j’ai joué (même si ce n’était pas la première fois, il y a deux semaines avec un autre joueur c’était déjà le cas) avec un partenaire avec lequel je me suis senti parfaitement en phase… On s’entend et se complète idéalement. Disons que c’est un peu comme mon double en pointeur. On a exactement la même vision du jeu. Quand dans les moments critiques il faut faire devant de boule, il fait devant de boule, ou moi le carreau… On joue chacun en se connaissant, et avec une parfaite notion de nos forces. Aujourd’hui, on a, par exemple, c’est plutôt rare quand même, fait 2 mènes de 6 frappes dans la même partie… Le mérite lui revenant directement car il est meilleur pointeur que tireur. Bref…. C’est lui qui a (bien) tapé les dernières. La confiance est totale et mutuelle… Et on le sent ! (Mais on ne pue pas des pieds pour autant… Enfin… Je parle pour moi !).

Et surtout, je pense que c’est réciproque, j’ai l’impression qu’il ne peut pas nous arriver grand chose si on décide de vraiment jouer…. Même si on peut perdre, la partie comme des boules… On ne se prend pas pour ce qu’on n’est pas et on est aussi bon perdant l’un que l’autre… Mais quand on se dit « on y va », on y va… On s’écoute mutuellement, pas un ne décide pour l’autre… On communie… On se le dit quand on a un coup de moins bien…. Ca veut dire : « Fait un peu l’effort pour moi là… » et on fait l’effort…

Alors, forcément, quand dans une équipe on s’entend comme ça… On gagne ! Même dans la douleur…. C’est d’ailleurs pour toutes les raisons que j’ai données qu’on arrive à le faire dans la douleur. Mais c’est aussi des victoires qui forgent. On apprend à chaque partie !

@++
Sougil – Le prêtre

Aucun commentaire: