Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

11.7.12

Bertrand Guérineau - Il y a sans doute besoin d' Hommes comme ça :

En fouinant sur le net, je suis tombé sur un homme qui, depuis 2007, forme (ou a formé ?) les arbitres de PACA : Bertrand Guérineau.

  • Son portrait :


Psychologue / Psychologue du sport
44000 Nantes - Pays de la Loire
Je travaille au CHU de Nantes à l'Antenne Médicale de prévention et de prise en charge des Conduites Dopantes (AMCD).J'ai également une activité libérale inscrite essentiellement dans le champ de la psychologie (adulte) et de la psychologie du sport.
Je réalise des bilans psychologiques dans le cadre du suivi des sportifs de haut niveau. J'interviens également auprès d'équipes, de clubs ou de fédérations sous la forme de dispositifs spécifiques ou de formations.
Je participe à des cycles de formation (formation initiale et continue) de cadres sportifs (éducateurs, entraîneurs, dirigeants, arbitres...) sur des thématiques variées (sciences humaines : psychologie du sport, psychosociologie...).
Je m'intéresse également à différentes problématiques en lien avec le sport : la violence et les incivilités (dispositif d'intervention auprès du Conseil Général 44 et du District de Football 44) ; les conduites à risque ; la motivation ; la performance ; la post-carrière et la reconversion des sportifs de haut niveau ; le double projet des jeunes athlètes de haut niveau (scolaire et sportif) ; la psychopathologie du sport (troubles de la personnalité ; trouble des comportements alimentaires ; dépendance à l'exercice physique ; stress ; conduites dopantes ; dépressions et crises diverses...) ; la recherche en psychologie du sport.



  • Une interview :


Quel est selon vous le rôle d'un arbitre de pétanque et de jeu provençal ?

Par définition, l’arbitre est une personne admise par les deux parties pour régler un différent. Il possède l’autorité dans un domaine qui lui permet de prononcer un jugement. Il veille au respect des règles lors d’une épreuve sportive. Au sens sportif, c’est le conducteur du jeu, il participe par ses compétences et sa vigilance à créer un climat de sportivité équitable sur le terrain. L’arbitre veille à la bonne tenue des équipes et au comportement régulier des joueurs dans leurs rapports de jeu. Il est vigilant à ne pas laisser s’installer : la tricherie et/ou les actes de violence verbale ou physique. Du coup il y a de multiples rôles associés au statut d’arbitre à la pétanque et au jeu provençal, notamment celui de pédagogue et de relais de prévention.

Que pensez-vous du pôle d’arbitre de la Ligue PACA ?

C’est une équipe à part entière, constituée il y a plusieurs années maintenant et qui a su développer ensemble ses compétences, sur la base d’un vécu commun. L’unité du groupe est palpable et cela renforce de manière significative leur démarche d’apprentissage, tant au niveau individuel que collectif. Ce groupe est vivant et dynamique, il est en mesure de faire avancer certaines dimensions de l’arbitrage au niveau local mais également au niveau national si l’on en croit leur capacité à s’engager dans la créativité et l’innovation. C’est très agréable de pouvoir construire avec ce type de groupe les contours de nouvelles approches pédagogiques, afin de faire progresser l’arbitrage à la pétanque. La ligue PACA à des objectifs de formation bien ciblés, orientés sur le versant qualitatif, cela se ressent clairement dans la motivation des différents arbitres rencontrés dans les formations depuis 2007.

Que pensez-vous apporter à ces arbitres lors de vos formations ?

J’ai essayé au début de nos rencontres d’apporter les bases théoriques (fondamentales) à l’exercice de l’arbitrage en sport. Ensuite, l’idée était de développer des approches plus en phase avec la réalité de terrain et les spécificités du sport-pétanque. Maintenant, je suis également une personne « ressource » pour eux, à l’écoute de leurs difficultés et en mesure de pouvoir les aider à avancer dans certaines situations. Cet accompagnement est devenu possible grâce à la confiance mutuelle qui s’est instaurée entre nous au fil des cycles de formation.

Vous intervenez avec ce groupe depuis 2007. Avez-vous senti une évolution ?

Depuis 2007, j’ai senti une réelle évolution chez tous les acteurs de ce groupe. Ils sont maintenant en mesure de prendre du recul sur leurs implications, sur leurs motivations mais également au sujet de leurs attitudes et de leurs comportements. Il peuvent, je pense, se référer à certains éléments travaillés au cours des différentes séances, ou s’appuyer sur des repères en ce qui concerne les compétences psychosociales par exemple. Tout ceci, dans une conception orientée vers le progrès et au service du jeu. Ils sont  également parvenu à me faire confiance pour pouvoir exprimer leurs doutes et difficultés, ce qui n’est jamais facile quand on n’a pas l’habitude de travailler sur soi, de surcroît dans le contexte du sport. Enfin le climat dans lequel nous travaillons tous les ans lors de ces cycles de formation est très intéressant et propice à un travail de qualité.

Vous intervenez dans tous types de sport. Quelles sont les similitudes et les différences entre la pétanque et les autres disciplines ?

La pétanque, en tant que sport, est en pleine évolution, en pleine structuration. Ce jeu est très spécifique et ne peut pas se comparer aux autres disciplines sportives. Vouloir rapprocher la pétanque d’autres disciplines sportives est à mon avis l’une des erreurs les plus répandues. Cela ne facilitera pas le développement de la pétanque en tant que sport dans la mesure ou il reste encore beaucoup de chemin à faire pour asseoir la discipline dans le registre sportif. Il faut sans doute plus de moyens, notamment en terme de compétences. La question de la formation des acteurs de ce sport est posée. Pour se développer, la pétanque, comme tous les autres sports modernes devra se doter de moyens humains conséquents si elle veut pouvoir exister et se développer comme pratique sportive de masse mais également à haut niveau. A l’avenir, il sera question de professionnalisation, car sans personnel qualifié (et formé), aucun sport ne peut se développer correctement dans le contexte actuel.

Quelles actions envisagez-vous de reproduire avec la Ligue PACA ?

De nombreuses pistes sont encore à explorer avec les arbitres de la ligue PACA. L’échelle régionale est très intéressante pour mutualiser les forces en présence. Je reste à la disposition des responsables pour mettre en place de nouveaux contenus de formation et pour poursuivre le travail engagé. Je prends énormément de plaisir à rencontrer les acteurs de terrain et je progresse également dans ma pratique à leur contact. Je reste à la disposition de la ligue, afin de poursuivre la dynamique engagée par ses responsables. Cette ligue est sans aucune mesure en avance sur son temps et deviendra je l’espère, une référence, voire un élément « facilitateur » de futurs programmes de formations dans d’autres régions de France…

@++
Sougil - Concierge

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Cet interwiew d'un psychologue du sport conforte mes convictions!
J'ai toujours soutenu mordicus que la pétanque était un sport loisirs! (et qu'elle doit à mon sens le rester)
Sous prétexte que c'est une activité physique, qu'il y a des arbitres, qu'il y a des controle anti-dopage, etc.... mes contradicteurs disent que c'est un sport à part entière!
On a bien vu le flop qu'a été le CDF triplettes promotions à Roanne avec des finalistes jouant devant un public clairsemé!
Tout cela parce qu'on veut tuer "le patrimoine pétanque" au nom de la professionnalisation, en la divisant, en la triturant, en retirant toute sa quintescence!
La pétanque est et doit rester libre, chargeons nous juste d'en retirer ses scories que sont l'alcool et les incivilités et la prise de produits interdits!
La prochaine étape sera un CDF élites et un autre CDF en parallèle rassemblant les honneurs et les promotions!
Ce seront les porteurs de mises qui paieront pour les élites et pour la médiatisation (en effet la FFPJP paie des droits télé contrairement aux sports à part entières qui eux sont payés par la télé, cherchez l'erreur)!!

claude

Permafroost a dit…

Assez en accord avec Claude. Il y a des scories à éliminer sans aucune pitié, et pour parler de pétanque j'utilise autant le mot sport que "jeu".

Quand à ce psychologue, bien que je ne sache toujours pas vraiment ce qu'il fait au quotidien avec des arbitres de pétanque, je ne suis pas convaincu de son utilité.

Plus utile qu'un psy pour arbitre, une modification du règlement visant à sanctionner de disqualification immédiate toute mise de pression autre que par le jeu lui même sur les adversaires, idem pour les engueulades sur le boulodrome et pour l'alcool, et révocation de la licence au bout de la 2éme fois dans l'année en cours, que le concours soit petit ou gros, et que le joueur soit mr Quintais ou tartanpion. Ca, ce serait un progrès.