Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

31.8.12

Transfert du poids du corps :

Observez ces photos, et trouvez ce qui les caractérise !


Bon...

Attendez de voir les photos pour répondre !

...

...

Les joueurs se retrouvent avec au moins un pied qui se lève... Soit les doigts de pied (comme le font Lelons ou Robineau) en balancier arrière, soit le (voir les) talon en fin de geste... Ils utilisent le transfert du poids du corps !

Voilà une notion que les "sports d'envoi" connaissent bien : Tennis ou golf par exemple ! A quoi sert le transfert du poids du corps ? A donner de la puissance (ou de la force) gratuitement ! Je vais m'auto-critiquer, car dans l'article où je tente d'expliquer comment ne pas forcer, j'ai oublié de mentionner (c'est tellement naturel je trouve pour un bon tireur), le transfert du poids du corps !.

Comment transférer le poids du corps ? Par le changement de "posture" durant le geste. Vous devez démarrer bien "assis", en équilibre en départ du tir... Presque sur les talons... Et en fin de geste en appui sur le devant des pieds (droit pour le droitier) pour presque nous faire une "provençale", comme Lacroix parfois...

Penser au transfert du corps pour tirer long ! Vous ne forcerez ainsi pas sur le bras...

@++
Sougil - Un transférable

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Oh la, t'as eu une révélation !?

Voilà que tu te lances dans l'étude de la dynamique des forces appliquée.

C'est en même temps le moins qu'on puisse faire s'agissant d'un jeu comme la pétanque dont la particularité éponyme est de ne pas pouvoir produire d'inertie par le déplacement des appuis.

Le transfert du poids de corps, du talon vers l'avant pied, n'est cependant pas, en lui même, de nature à initier un mouvement ou à seconder le groupe musculaire, siège du mouvement (donner plus de force).

Ce transfert là est surtout compensateur du déséquilibre vers l'avant produit par l'inertie du mouvement, particulièrement lorsqu'on joue les pieds quasi joints.
Il en va autrement lorsqu'on joue avec les pieds décalés (lancer à l'amble) là il peut s'opérer un transfert de poids de corps du pied arrière vers le pied avant pour accompagner la translation du centre de gravité et de l'axe de balancier (siège du mouvement)d'arrière en avant.
Dans ce cas, la transformation cinétique de la posture profite effectivement à l'accomplissement du lancer.

Si on veut garder les pieds bien à plat, on lui préférera le lancer en rotation (une rotation très courte, mais rotation tout de même)
Il s'agit de faire prendre du retard à l'épaule (siège du mouvement) par rapport à l'appui à l'amble, et à ainsi mettre en tension les muscles rotateurs du tronc et de la ceinture scapulaire.
L'avantage de ce lancer en rotation c'est que le centre de gravité reste stable et donc ne produit pas ou peu de déséquilibre à compenser.

Il est important de comprendre que le principal facteur contrariant l'exercice de la force, lorsque les appuis sont fixes, c'est le déséquilibre, alors à quoi bon le provoquer lorsqu'on peut s'en prémunir.

A quand la...biomécanique, la physiologie du mouvement ?? Il va tout de même falloir se documenter un peu !!

Janik





Laurent a dit…

Janik,
Je te cite, et ce que tu as écrit tu l'as déjà écrit dans ton blog - cela fait n fois que je lis ce passage et je ne le comprends toujours pas.... Je suis désolé.
"Si on veut garder les pieds bien à plat, on lui préférera le lancer en rotation (une rotation très courte, mais rotation tout de même)
Il s'agit de faire prendre du retard à l'épaule (siège du mouvement) par rapport à l'appui à l'amble, et à ainsi mettre en tension les muscles rotateurs du tronc et de la ceinture scapulaire."
Pour moi les gens qui tirent comme cela sont par exemple Passo et Weibel, mais quand on lit ta phrase : rotation : peux tu dire quel est l'axe vertical de rotation : l'axe du corps qui passe par la tête? Et donc le tireur droitier finit son tir avec une rotation du haut du corps dans le sens anti horaire? De même ce retard dont tu parles au niveau de l'épaule c'est quoi? Pour moi le tir en rotation si il a l'avantage de stabiliser les pieds, il est très très loin d'être un des plus facile à reproduire car en fonction de la rotation finale on est vite pas droit!
Merci de m'éclairer Janik ou Sougil

Anonyme a dit…

L'axe de rotation est bien sur l'axe vertical.
En pratique, lève toi de ta chaise et laisse toi guider...

Tu es debout (en droitier) le pied droit devant, bras droit ballant le long du corps. Entame un balancier arrière, lent et loin vers l'arrière (plus que vers le haut) et surtout LAISSE TON EPAULE accompagner le mouvement jusqu'à ce que tu ressentes le besoin de fléchir la jambe avant.

A ce stade tu dois ressentir les muscles rotateurs du tronc se mettre en tension.

C'est ce recul de l'épaule par rapport à l'aplomb du pied d'appuis, que j'appelle la prise de retard de l'épaule.
Pour initier le retour,il suffit de pousser légèrement sur le pied d'appuis pour sentir son épaule revenir et accélérer le retour du bras (les muscles de l'épaules avaient eux mêmes été mis en tension).
Dans les sports de lancer avec élan où les appuis sont en mouvement, il s'agira d'une prise d'avance de l'appuis.

Concernant le rotation elle même, elle ne consiste qu'à rattraper le retard pris par l'épaule. On parle de "rotation" car la ligne d'épaule tourne autour de sont axe à l'aller comme au retour.
Cela physiquement équivaut à un recul de l'axe de balancier, puis un retour de ce même axe qui va accélérer et donner plus d'inertie au balancier.
Janik

Laurent a dit…

Janik,

Merci pour ton aide, je mets en pratique - par contre comme je suis gaucher je le rédige pour moi.
Dis-moi ou je me trompe... car il y a un moment où j’ai des doutes…

Janik "L'axe de rotation est bien sur l'axe vertical.""
Laurent" L’axe est vertical : ok mais le centre : il passe par la tête??"

Janik" En pratique, lèves toi de ta chaise et laisse toi guider..."
Laurent " Ok c'est parti""

Janik "Tu es debout (en droitier) le pied droit devant, bras droit ballant le long du corps. Entame un balancier arrière, lent et loin vers l'arrière (plus que vers le haut) et surtout LAISSE TON EPAULE accompagner le mouvement jusqu'à ce que tu ressentes le besoin de fléchir la jambe avant. »
Laurent « Janik c’est là que je ne suis pas d’accord ; la jambe qui fléchit n’est pas la jambe côté de la main qui lance : appui de l’amble mais la jambe opposée. Avec une rotation du buste dans le sens antihoraire (je suis gaucher) soit dans le même sens que le déplacement du balancier, c’est-à-dire vers l’arrière. ». ES-TU D’ACCORD AVEC CELA ? (jambe qui fléchi et sens de rotation) ?

Janik »A ce stade tu dois ressentir les muscles rotateurs du tronc se mettre en tension. »
Laurent : »OK »

Janik « C'est ce recul de l'épaule par rapport à l'aplomb du pied d'appuis, que j'appelle la prise de retard de l'épaule. »
Laurent « Effectivement lorsque le bras est en arrière max, j’ai l’épaule à l’aplomb du genoux tendu en arrière de mon appui de l’amble »

Janik« Pour initier le retour, il suffit de pousser légèrement sur le pied d'appuis pour sentir son épaule revenir et accélérer le retour du bras (les muscles de l'épaules avaient eux-mêmes été mis en tension). »
Laurent « L’appui qui sert à pousser est l’appui opposé à la main qui lance : OK POUR TOI ? »

Janik »Dans les sports de lancer avec élan où les appuis sont en mouvement, il s'agira d'une prise d'avance de l'appuis. »
Laurent « Avance en ce sens que le pied commence à pousser AVANT que l’objet ne soit lancé, c’est CELA ? »

Janik »Concernant le rotation elle-même, elle ne consiste qu'à rattraper le retard pris par l'épaule. On parle de "rotation" car la ligne d'épaule tourne autour de sont axe à l'aller comme au retour. »
Laurent « Rotation horizontal des épaules et donc d’axe verticale qui passe par la tête comme à l’aller et pour le retour DANS LE SENS HORAIRE POUR UN GAUCHER LORS DU LANCER : OK ? »
Janik « Cela physiquement équivaut à un recul de l'axe de balancier, puis un retour de ce même axe qui va accélérer et donner plus d'inertie au balancier. »
Laurent « En fait au niveau de la boule tu as une rotation d’axe horizontal : l’épaule qui vient se cumuler à ce retour d’épaule vers l’avant d’où ce que tu dis à savoir cette accélération globale de la boule: c’est cela ? »
« Par contre tu parles d’avance et de recul – mais ce n’est pas UNE TRANSLATION PURE DANS LA MESURE OU comme c’est une rotation de la ligne d’épaule, plus qu’une avance et un recul c’est un arc de cercle, léger mais un arc de cercle tout de même : NON ? »
« Et c’est là où je te dis que cela complique le tir pour « ESTRE droit » car cette rotation si elle donne de la vitesse et qu’elle a l’avantage de conserver les pieds à plat est un peu plus difficile à maitriser. »
PS : Si tu as un mail je te ferais parvenir 2 vidéos pour te poser des questions sur 2 modes de tirs : celui en rotation si j’ai bien compris et surtout un où la position des pieds l’un derrière l’autre « en travers « n’impose plus que le mouvement de balancier dans un axe du tir avec un lâcher de boule bien droit. Je voudrais ton avis sur les 2 car dans le deuxième on ne fait pas « parfaitement face à la boule des 2 yeux - prend le tir de Lacroix position des pieds en exagérant un peu – idem Leboursicaux» et le tout SANS DESAX à la Sougil….
A te lire
Laurent – lhpkzr@gmail.com

Anonyme a dit…

Je t'ai envoyé un mail, Laurent, parce que c'est... compliqué. On en reparlera là ensuite.
Janik