Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

6.3.12

Pourquoi le partage ne serait-il pas sportif ?









@++
Sougil - Photomaton

10 commentaires:

Anonyme a dit…

Oh l'autre qui fait semblant de ne pas comprendre !!!
Tous les athlètes que tu montres ont en commun, déjà, d'être allés au bout de l'épreuve. Ils ne se sont pas mis d'accord, une longueur de bassin, 1km, ou à 1 tour avant l'arrivée de cesser la course et abandonner ainsi la banderole d'arrivée à son triste sort.
Alors certes ils partagent l'émotion de la victoire ou tout simplement celle d'être parvenus au terme de l'aventure, mais rien à voir avec la collusion coupable consistant à anticiper le partage des gains et surtout ne pas jouer la ou les parties finales.
De plus, ils n'ont éliminé personne et tous leurs adversaires auront, eux aussi, l'honneur de franchir cette ligne d'arrivée avec le même plaisir du partage si le coeur leur en dit.
Le partage des gains ne me plait guère dans le cadre dans un sport par élimination parce que l'enjeu matériel fait partie intégrante du péril de l'élimination. Le partage vide d'une partie de sa substance la compétition.
En athlétisme, enfin, on apprend aux enfants que la ligne d'arrivée n'est pas la fin de la course, elle est un passage obligé à franchir avec le maximum de vitesse, quelque soit l'ordre d'arrivée. C'est un basique, c'est un état d'esprit. Rien à voir par conséquent avec l'usage d'amputer la compétition pétanque de son enjeu, ou de ses phases finales, ou des deux.
Janik

Anonyme a dit…

c'est vrai qu'il y a dans cet article une grosse confusion qui voudrait essayer de démontrer que...

Mon avis sur la chose est simple:
1)ou l'on considère que c'est un sport(ce que je ne fais pas mais ce que tu défénds sougil) et la pétanque doit se conformer aux règles du sport et se couvrir d'une complète honnéteté.
2) ou l' on considère que c'est un loisir ou sports loisirs et là on peut s'affranchir de quelques déréglements.
Encore que dans les jeux le partage se fait de façon exceptionnelle.
Je me suis déjà exprimé maintes fois sur le sujet sur mon blog.
Nous avons dans le nord des jeux locaux ou le partage n'est jamais envisagé.
Des jeux anciens où il y a un vainqueur et un seul.Les gens sont très respectueux des traditions.

La tradition de la pétanque est autre,le partage a toujours existé ,c'est encore une des originalités de cette discipline qui à mon avis n'ira jamais se plier aux règles générales.

De là ,à faire du partage une institution,c'est aller vite en besogne et c'est d'une incompréhension totale avec les déclarations des mêmes individus qui veulent en faire un sport de haut niveau.

Marcocol

Bisounours en colère a dit…

Voici quelques réflexions personnelles sur ce sujet :

- si l'on dit que la pétanque est un sport alors il est assez incompréhensible - pour une personne extérieure à la pétanque - de comprendre cette notion de « partage ». A la fin de chaque compétition sportive (que cela soit du football, de l’athlétisme, …), il y a un vainqueur et des vaincus. Sauf à la pétanque… Dans ce cas, dur de faire croire que la pétanque soit alors un véritable sport et ce malgré ce qu’essayent de nous vendre les commentateurs lors des retransmissions télévisuelles des masters ou du trophée des villes.
- accessoirement à la pétanque, je pratique le rugby et participe de temps en temps à des tournois de rugby à 7. Comme à la pétanque, ce genre de tournoi commence généralement tôt pour se finir tard (du moins pour les heureux finalistes). Il va sans dire que le partage n’existe pas au rugby. Cela se verrait même comme un déshonneur. J’ajoute que par rapport à la pétanque, la pratique du rugby à 7 n’a rien à envier… Toute la journée dehors, sous la flotte… à jouer 15 minutes toutes les 2-3 heures (ce qui n’est pas sans risque au niveau musculaire…). Sauf que la finale est toujours jouée car c’est LE match qu’il faut gagner… C’est le match que chaque équipe rêvait de jouer en début de journée.
- je réside dans un pays où la pétanque ne compte qu’environ 500 à 600 licenciés… Ici, le partage n’existe pas… D’ailleurs, je crois que les autochtones seraient fort étonnés (et surement décus) si ils apprenaient cette pratique. Chaque tournoi est joué jusqu’au bout (qu’il pleuve, neige, vente, …). Et le climat est nettement plus rude que celui de la France. Bref, quand on s’inscrit dans un tournoi, on joue jusqu’au bout… (sinon, c’est vraiment moyen pour les autres équipes et pour les organisateurs).

Sougil a dit…

Pour moi, il n'y a pas de différence entre un partage en finale d'un concours de pétanque, et deux coureurs qui se mettent d'accord pour arriver main dans la main...

Sport ou sport-loisir ou même jeu... Ma pensée a sûrement évolué ! Ce n'est, comme souvent, qu'une question sémantique ! Peu importe la manière dont on considère la pétanque ! Mais, toujours pour moi, il faut que ce soit un plaisir avant tout !

Depuis que la pétanque est la pétanque, il est, dans sa culture et de coutume, de partager en finale... Personnellement ça ne me pose pas de problème... C'est mal, ou pas... En tous cas, je ne pense pas que ça fasse du tord à qui que ce soit !

@++
Sougil - Pender

Anonyme a dit…

ça ne fait du tort à personne sauf pour ceux qui veulent que la pétanque soit un sport.Les mêmes d'ailleurs qui font institution du partage en demi finales .Pour le reste ,amusons nous et partageons le gâteau...Pourtant,il n'y a pas si longtemps,j'ai joué la finale d'une consolante à 1 h du matin.Ah ! ce sportif de marcocol...ou ce "cave"de marcocol.C'est selon,c'est vous qui voyez...

Marcocol

Anonyme a dit…

J'oubliais de vous dire :je l'ai perdue cette finale à quelques euros près .Et les jambes le lendemain...Plus ces jambes de rocker ce chti...Amusons nous pendant qu'il en est encore temps...marcocol

Anonyme a dit…

Ce n'est pas qu'une question de sémantique sougil. La pétanque est un sport institutionnellement. C'est aussi un loisir pratiqué par des millions de joueurs occasionnels. Pratiquée comme un loisir chacun fait comme il le souhaite ; chacun se sert du jeu comme il l'entend.

La version fédérale, celle qui nous préoccupe ici, est du registre du sport, pour lequel une fédération a reçu une délégation d'Etat.
La délégation s'entend en terme de d'organisation, de promotion et de développement. Cette délégation affirme aussi l'enjeu d' intérêt public à promouvoir ce jeu et à le servir au moyen de divers leviers (professionnalisation, formation, expertise sportive et représentation nationale pour n'en citer que quelques uns).
Il n'appartient pas aux pratiquants de décider de la tournure d'une compétition. S'il a été créé un partage aménagé dans les supra nationaux, c'est sans doute qu'il devenait URGENT de considérer le problème.

L'obligation première du joueur licencié est de servir son sport. Il lui suffit juste, pour ce faire, de respecter les règlements !

Si la publicité relative à cet usage de partage et de compétitions tronquées devait sortir du microcosme, et devenir un attribut de notoriété public du sport pétanque, nos dirigeants ne manqueraient pas de devoir s'en expliquer dans mon bureau, comme être en mesure de justifier le bien fondé de la conservation de l' agrément ministériel.
Enfin, si la pétanque devait ne plus être un sport, il faudrait faire sans DTN et CTN, sans une partie non négligeable du budget, sans subvention du mouvement Olympique (CNOSEF, CROS, CDOS)sans subvention municipale ou presque, sans Championnat de France officiel (sans diplôme ni Marseillaise), sans Championnats internationaux etc...
Alors sport ou pas sport, partage ou pas partage, on la joue ou on la joue pas.
Dans l'esprit d'un "sportif" normalement constitué, ces questions ne devraient pas se poser.
David Douillet...ou presque

RALEBOL a dit…

Soit, la pétanque est un sport, la preuve il y a la DTN et un CTN!!!!

OK il faut à l'instar de tout sport se plier aux règlements afférents, là dessus rien à dire!

Une petite question dans la charte de notre sport qu'on identifie comme tel:

- est-il prévu que les compétiteurs ont le droit de boire de l'alcool pendant les compétitions!
- est-il prévu des contrôles inopinés pour détecter si un compétiteur ne prend pas de produit illicites !
- est-il prévu qu'on puisse gagner une partie de boules en menaçant l'adversaire!
- est-il permis après une défaîte de contraindre l'adversaire vainqueur se se déclarer perdant à la table de marque!


Quant au partage en ces périodes de disette ce devrait être institutionnalisé, tout le monde y trouverait son compte, ou du moins beaucoup plus de joueurs pourraient couvrir ses frais!

Les plus belles parties pour moi ce sont les qualificatifs pour les CDF, les épreuves de coupe ou de championnat, là il n'y a pas de tunes en jeu, que l'honneur ce qui devrait être le leit-motiv d'un grand joueur de pétanque!

Oui sur le papier la pétanque est un sport à part entière, mais tout le monde le sait quand on est honnête intellectuellement, sur le terrain il en est tout autrement!

Cette belle dame, la pétanque, nous a tant donnée, ayons la gratitude en retour de la laisser vieillir en toute quiétude, bien sûr un jour elle mourra, mais que ce soit de sa belle mort et non par le fait qu'elle ne se remette pas de toutes ces opérations inutiles pour des maladies qu'elle n'a jamais eues!!!

RALEBOL

Bisounours en colère a dit…

Je suis decidemment un gros bisounours.
Moi qui croyais que le joueur de petanque participait au concours pour gagner... et non pour aller à la gamelle et recolter quelques euros !!
Bien entendu, je ne mets pas tous les joueurs dans le même panier. Mais il n'empêche que cette attitude ne peut que donner un apercu negatif de la petanque à un observateur exterieur.

Sougil a dit…

D'une : Je ne partage pas pour l'argent !
De deux : Moi aussi je peux jouer jusqu'à 3 h. du matin... Mais pas à -10 ° C.
De trois : Ce n'est pas parce que je partage en finale d'un petit concours à 40 équipes que je mets en danger les "institutions"...
De quatre : D’observateur extérieur (sur le terrain), il n'y en avait pas... J'en ai parlé ici, Parce que je n'aime pas l'hypocrisie...
De cinq : Moi aussi je préfère gagner un championnat départemental (sans argent) qu'un national avec 800 euros au bout !

@++
Sougil - Gagneur