Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

16.12.16

Réponse à : 2 situations de jeu

Les situations en questions...

Pas mal de réponses sont arrivées sur Facebook ! C'est rigolo ces petites situations : ça crée le débat !

Tout d'abord, on est typiquement dans un cas ou à la fin, il n'y a surtout pas à dire, quelle que soit l'option choisie : "ce n'était pas le jeu" !... Et je m'en vais m'en expliquer ! Nondediou !

Se reporter à mon livre pour savoir ce que je pense de l'expression "jouer le jeu" ! Il y a un chapitre entier, avec même l'avis d'un Champion de France : Claude Barraud.

Alors... Vous pensez qu'avec deux boules d'avance, même dans un terrain facile, il faut absolument tirer ?




Bon... C'est vrai qu'on a là, une toute petite équipe qui, à 4 boules à 2, dans un nid à carreau, a décidé de pointer... Bon... Les gars n'ont pas un gros palmarès non plus faut dire ! Regardez comme des joueurs comme Quintais ou Fazzino pointent beaucoup, de manière générale ! Même en forte avance de boules parfois !

Je ne l'avais pas précisé, mais... Les 3 boules étaient, dans les deux cas, dans les mains d'un seul et même joueur... (et pas des moindres... :-D).

Si, dans un cas (je suis Esteban... Fils du soleil) comme celui-ci, je n'ai plus de boules en mains, je dis à mon partenaire :
- Comme tu veux, c'est toi qui a les boules !

Si on marque à la sortie, tant mieux... Si on ne parque pas, tant pis ! En tous cas je ne lui reprocherai ni son choix, ni le fait qu'il ait mal joué ! Que je sache, mes partenaires, tout comme moi, on ne fait pas exprès de manquer !

Car dans les deux situations, il n'y a ni bon choix, ni mauvais choix ! Il y à essayer de réussir ce que l'on tente... Epicétou !

En l’occurrence, c'est moi qui avais les boules et concrètement, voila comment, personnellement, j'ai raisonné (parce que oui Mesdames et Messieurs... Mais plus les dames quand même... Parfois, je réfléchis !) :

- 1ère situation : je l'ai dit : le terrain est piègeux... Dans ce genre de terrain, je raisonne plutôt en joueur d'échecs ! Comment pense un joueur d'échec ? Il pense défensif ! Il pense à assurer ses pièces ! A occuper le terrain ! Il ne pense pas attaque à tout va ! Il tente, plutôt d'assurer sa position.

L'importance de cette partie est capitale... Si par malheur en tirant, j'ai contre franc et que je ne rentre pas au point, ne serait-ce qu'une fois, je peux en perdre 4 ou 5 ! Ou pareillement si je tire et manque en ne rentrant pas derrière ! Il reste une boule à l'adversaire, il faut se dire qu'il réussira ce qu'il tente (ce qu'il a d'ailleurs fait), et ne pas compter sur un échec de sa part...

A 3 boules contre 1... Ca serait vraiment un tournant de partie, dont il serait dur de se remettre que d'en perdre 4 ou 5 ! Surtout qu'à la première mène (ça, vous ne pouviez pas le deviner), on a été malheureux (déplacement de but sur mon 3ème tir), et qu'à la place de 4, on en a fait qu'un ! Et encore... Parce que mon pointeur préféré a gagné un point difficile en jouant parfaitement !

J'ai donc pointé et gagné le point 10 derrière le but. Le tireur adverse a tiré boule et but et a annulé : on en a donc fait deux sur la mène... Elle était payée comme on dit !

Tirer, n'était pas une mauvaise solution ! Mais, prudence est mère de sûreté ! Tout le monde m'aurait dit, si j'avais tiré et que j'aurais eu contre (ou frapper la mienne seule) sans rentrer ne serait-ce qu'une fois sur deux, que j'aurais fait "une erreur de jeu" !

Par contre si j'avais tiré et fait carreau sans contre ... Tout le monde aurait dit : bien tiré !

Voyez comme "jouer le jeu", en fait, dépend surtout du résultat obtenu !

- 2ème situation : intrinsèquement, on est dans le même cas, avec plus de confort, puisqu'on a 1 boule de plus d'avance ! Par contre il y a une donnée importante : on a le point en second d'un poil de mouche (ça a été mesuré par l'arbitre à la tirette).

Imaginez... Je tire sans le contre ! Formidable ! Je pointe ensuite et touche le but : je peux redonner le point à l'adversaire ! Ce qui veut dire que j'aurais donc tiré pour rien !

Là encore... C'est juste une question de "bon" choix... Ou de "mauvais" !

Ca nous avait réussi la mène d'avant... J'ai donc pointé, espérant gagner le point ou au moins rentrer sur les boules 3 et 4, voire même, pourquoi pas, prendre le but en m'en faire deux ! Whoooo ! Je suis capable de tout !

Mais... Ma première est mal tombée (pour ne pas dire que je l'ai mal jouée ! :-D), je suis rentré de rien...

Ma seconde, j'ai repointé (pour le coup on est à présent dans le même cas que la mène précédente) je suis rentré que de la plus loin...

La dernière... J'ai décidé de forcer la marque en tirant et.... J'ai manqué... (vi ça m'arrive ! Même trop souvent à mon goût !).

On en a pris un !

"Pas le jeu" me dira-t-on !

Ce à quoi je répondrais : non ! mal joué ! Ou, en tous cas, pas réussi ! C'est différent ! J'ai fait une mène blanche !

En pétanque, parfois, il n'y a pas de bons ou de mauvais choix ! Il y a des coups réussis ou non... C'est pour ça qu'on ne devrait jamais usé d'un ton péremptoire pour affirmer que "ce n'était pas le jeu"... Lorsqu'un partenaire, qui doit faire un choix, manque, ce n'est pas son choix qui est à remettre en cause, mais, à la limite, sa technique ! Pourquoi il a manqué ? Le choix tactique, lui, il est acté ! Il n'y a même pas à en discuter...

Attention ! Ca ne veut pas dire que, parfois, je suis contre tenter des "gros coups" ! Sur ces deux mènes j'ai fait un choix, disons, prudent... Mais, il faut sentir aussi, quand la partie l'exige, prendre un risque ! Là, je ne le sentais pas... Certains diront "manque de confiance"... Non ! Choix de prudence... C'est tout ! Il y a des joueurs, qu'on dit "sans cerveau"... Personnellement, j'en ai un, et essaye de l'utiliser au mieux ! Il marche parfois même mieux que le bras ! :-D

Enfin... Pour l'anecdote... Lors de ce tour de Coupe de France, au triplette, en début de partie, on a fait le choix de pointer sur des boules, disons, bâtardes, mais légèrement derrière. L'adversaire a eu deux fois des contres francs qui nous ont fait maquer des belles mènes (car on les a bien finies aussi)... Psychologiquement ça a eu un fort impact. On a gagné 13-3 ! Et pourtant, c'était des fameux adversaires !

@++
Sougil - Casse par off

Aucun commentaire: