Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

23.8.13

Jouer avec relâchement et "lâcher prise" :

De ce que je vois et de ce que je ressens, je me rends compte d'une chose : Ceux qui jouent avec une technique très rigide, un corps très raide, un geste très "figé" que j'appelle aussi "robot", n'ont pas la même réussite que ceux qui jouent avec relâchement, souplesse je dirais même... élégance ! (Je vais me mettre à faire du Daniel Lauclair bientôt !)

Toute la difficulté de ce jeu c'est de trouver l'application gestuelle tout en ayant le relâchement suffisant pour bien l’exécuter !

J'ai regardé les sauteurs à la perches au dernier championnat du monde, et j'ai trouvé, contre toute attente, des similitudes avec la pétanque !

Tout d'abord, tout part de la technique ! Il faut qu'elle soit "en place" ! Il faut trouver la bonne coordination, le bon positionnement et le bon dosage.

Puis, dans la gestuelle, il faut trouver le bon relâchement, pour bien accomplir cette technique (Travaillée à l'entraînement), là encore, le bon dosage, entre force, envie et souplesse...

Puis lâcher prise au moment où on se lance... Ca nécessite un gros travail mental, une énorme confiance en sa technique, certainement un travail de respiration et de relaxation... Une gestion de ses émotions et de son stress, pour les capturer et en faire du carburant à performer !

Bref... Tout ce dont j'ai déjà parlé en fait !

Toute proportion gardée, puisque c'est dans un contexte totalement hors compétition, sur la vidéo où je fais 70 en tir de précision, on m'a mis en commentaire que je tirais sans pression... Pourtant, je comptais mes points, je savais que ça montait et que j'étais en passe d'atteindre mon but, battre les 67 du record actuel (Alors on est d'accord, on, peut toujours discuter des conditions dans lesquelles je l'ai fait, mais ce n'est pas le sujet). J'ai été content de faire ce score, car j'étais parvenu à lâcher prise et faire abstraction du résultat ! C'est d'ailleurs pour ça que je dis que ce type d'entraînement est également excellent pour le mental ! Faites le souvent, et vous verrez que quand vous serez en passe de battre votre record... Vous aurez peut-être la pression et que vous pourriez perdre votre relâchement !

L'envie ne doit pas prendre le pas sur l'oubli.

(Pinaise avec une dernière phrase comme ça, si je ne rentre pas à l'académie française, je me coupe un testicule ! Vi, ç'est masculin, on ne peut plus, ce mot là.)

@++
Sougil - Perché

Aucun commentaire: