Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

9.12.11

Adapter son tir :

Effectivement... Je n'ai peut-être pas fais encore tout le tour de la technique... J'y reviendrai, mais je suis en train de lire un très intéressant livre en ce moment... (Ca y est ! J'ai enfin compris les termes diaboliques de" supination" et "pronation" !)

Tout d'abord, si vous ne m'avez pas encore vu à l'oeuvre, je vous laisse revoir cette vidéo (Wooooo c'est un blog ici ! Et donc, par définition, du pur égocentrisme !):


Vous aurez remarqué comme mon début de geste est assez "atypique" : Je présente mon poignet devant mon nez.

Beaucoup moins fort que moi, et qui ne gagne pratiquement rien en ce moment, vous pourrez aussi trouver ce joueur là :


Il commence même son geste avec la main encore plus haut que moi ! Puisqu'elle est au dessus sa tête !

De plus, personnellement, je suis assez penché vers l'avant et fléchi sur mes jambes... Un peu comme lui, cette fois (Hum... Il fléchit vraiment beaucoup par contre !) :



En fait, je suis un mélange de Sévilla et de Sarrio ! Bon... On peut rigoler hein !

J'en reviens à moi ! (Ce qui est quand même le plus important !)

Et bien je viens de lire, à l'instant même, que ces "tics" étaient en fait de réels atouts pour trouver de l'amplitude, de la souplesse, et donc de la distance pour tirer... J'en étais tout content dis-donc !

Depuis que j'ai commencé les boules, il y a plus de 20 ans de cela, j'ai ces tics là, ils me sont donc totalement naturels !

Cette année, j'ai fait un concours avec une entorse au poignet... Je ne pensais pas pouvoir tirer ! J'ai commencé mon échauffement, il m'était impossible de ramener mon poignet devant le nez ! Ça me faisait beaucoup trop mal ! De même, je ne pouvais pas casser le poignet lors du balancier... J'ai donc totalement changé mon geste pour ce concours ! Et j'ai dit à mon partenaire...
- Bon... Je vais essayer de tirer ! On verra bien !
Etant donné que mon geste avait moins d'inertie, je me suis adapté ! J'ai tiré moins fort qu'à l’accoutumé et comme je ne pouvais pas relever les boules au poignet, je les lâchais beaucoup plus tard.  Je tirais très haut ! Et bien... Lors de ce concours (Je vous rassure, ce n'est pas toujours le cas !), j'ai superbement tiré tout du long !

Pourquoi je dis ça ? Par pour me venter, je le dis aussi quand je tire mal... (Même si, comme tout le monde, je préfère quand je tire bien). Non ! Simplement, je n'ai de cesses de le rappeler (aussi bien sur mon blog, qu'à mes partenaires de jeu d'ailleurs), souvent (Très !) je vois les personnes tirer trop fort !  Il est vrai que plus on tire fort, plus on tire loin... Théoriquement...! Mais, en pratique, je constate que plus on tire fort, plus on est court... Pour ceux qui on vu, par exemple, Hurault aux trophées des villes ce weekend, il tirait très haut... Et sur un tir (Un seul !), va savoir pourquoi, il a tiré tendu, et... Bien devant ! Il a frappé quand même, mais Loy a dit "Aïe !"... Car il a bien vu que le geste avait été forcé...

J'en reviens à mon exemple particulier d'entorse au poignet : Je ne suis pas, même sans entorse, du genre à tirer fort... Mais, ce jour là, je les montais vraiment très haute ! J'avais moins de bras et moins de poignet et... Je tirais plus haut ! Je lâchais les boules plus tard ! Alors que... Paradoxalement, je remarque que ceux qui ont très peu de balancier et de poignet, tirent... Très souvent... Plus fort que le moyenne !

Conclusion : Plus votre geste manque d'amplitude et moins vous tirez au poignet, plus, pour compenser, vous devriez tirer haut ! On peut aussi tirer raide comme un piquet et très tendu... Et, pour autant en toucher pas mal... Mais ! La probabilité est moins importante je trouve... 

@++
Sougil - Runes aux beaux verts

8 commentaires:

Pierre Fieux a dit…

Grâce à cette entorse, tu as découvert une évidence que méconnaissent pourtant beaucoup de joueurs : en tirant, il ne s'agit pas d'envoyer sa boule jusqu'à la boule adverse, mais juste de l'envoyer jusqu'au sommet de sa trajectoire. Le reste, elle le fait toute seule. Quand on a intégré cette clé psychologique, on force beaucoup moins, et moins on force...
Quant au fait de casser le poignet, cela n'a aucun lien avec le fait de faire des carreaux. Robert Bruno l'avait prouvé à l'époque avec l'aide d'un robot lanceur mis au point par le CNRS : les carreaux sont uniquement affaire de trajectoire.

Sougil a dit…

Oui... Mais ça dépend quand même des terrains ! Sur les terrains un peu ramassant, la rotation de la boule c'est important. Puis... "casser le poignet" c'est naturel...

Et quid de la dureté des boules pour toi Pierre ? Ça joue ou ce n'est que du marketing ?

@++
Sougil - Au but

Janik a dit…

Bien vu Pierre !

"envoyer une boule jusqu'au sommet de sa trajectoire"

C'est l'objet de quelques situations pratiques que je vais proposer prochainement dans le cadre du jeu en contre-haut, pour amener l'épaule et le bras à évoluer dans des registres spécifiques et objectifs.

Je ne situe cependant pas cela comme une clé psychologique, pluôt une prise de conscience qu'il est nécessaire, à l'entrainement déja, de se détacher de la tyrannie du résultat pour se recentrer sur le mode opératoire qui permet de l'obtenir.
Jouer entre contre haut consiste à viser une cible aérienne,savamment positionnée, décentrée du but à atteindre (autre que la donnée ou boule cible), qui représente le dit point haut d'une trajectoire à la quelle on veut associer une gestuelle de référence.
Cela s'appelle encore construire une habileté motrice spécifique à une tâche: le geste technique.

Sougil a dit…

En fait...Ce n'était pas une découverte puisque je pense "trajectoire" avant de penser "Frapper" : http://petanque-apprentissage.blogspot.com/2011/08/les-rituels-de-la-petanque.html

Justement ! Ce jour là, ayant moins de capacités physiques à tirer tendu j'ai encore augmenté la hauteur de ma trajectoire... A la première partie, dans un champs de cailloux je n'ai fait qu'un trou et un paquet de carreaux et mes boules arrivaient de haut ! Mon poignet s'échauffant, j'ai pu tirer un peu plus fort ensuite (J'avais lu sur le net, même s'il ne faut pas croire tout, qu'en cas d'entorse, il n'était pas mauvais de solliciter "avec douceur" le membre... Je parle de mon poignet là ! Woooooo !).

Mon article avait pour but, surtout, d'expliquer qu'il faut tirer haut et ne pas forcer... De penser "trajectoire" ! Avant de penser "frapper"... Penser "envoyer" plutôt que "tirer"...

En fait... Je suis quasi certain que des gars comme Suchaud, Lacroix ou Hurault pensent d'abord "courbe" ! Car pour lever les boules autant (ce qui est tout sauf naturel), il faut le penser !

@++
Sougil - Rondin (Vi... Le penseur...)

janik a dit…

Tu as certainement raison, cependant pour penser trajectoire avant que d'être obnubilé par le but à atteindre (ce que j'appelle la tyrannie du résultat)il faut avoir pas mal de certitudes et de confiance en sa technique.
Un terrain caillouteux va encourager à monter la boule parceque ce sont les références motrice que la surface nous renvoie (dans le cailloux = tomber sur la boule). Tu prends la même boule, à la même distance sur un "billard", le référencement moteur ne sera plus le même.
C'est aussi un peu pourquoi, dans le domaine du tir de précision (qui devrait officiellement faire son apparition au championnat de France bientôt) je milite pour que les ateliers se déroulent sur de la moquette pour valoriser la..."précision".Pour des questions d'homologation crédible de record déja, et pour mettre en évidence les véritables problématiques de la discipline ensuite. On observe qu'assez rapidement lorsque le cercle de tolérance est d'une surface peu avantageuse, les scores sont tout de suite beaucoup moins bons.
Un spectacle vaut par la qualité de ses acteurs, non pas par la dureté des planches dont est faite la scène.

Sougil a dit…

"Un spectacle vaut par la qualité de ses acteurs, non pas par la dureté des planches dont est faite la scène"

Ohhhhhhh ! Ben dis donc ! T'es en forme en ce moment !

C'est vrai ! J'ai confiance en moi et en ma technique ! Mais... Parce que je m’entraîne pour ça ! Il n'y a pas de mystère ! Autrement dit, je n'ai pas de don surnaturel... Je bosse !

Par contre, et je suis d'accord avec Chritian Chale : Le réglement des concours de tir est absurde ! Quand on voit qu'un "recul", ou qu'un carreau qui frôle une boule proche ne payent pas... Pis... Jouer sur de la moquette favoriserait les tireurs "sur la main"...
Compliqué d'organiser un concours de tir "équitable" et "juste"...

@++
Sougil - Potagers

cyrrius a dit…

je pense que souvent on fait l'erreur de vouloir enlever la boule, alors que l'on doit essayer de tomber dessus.la notion de trajectoire prenant tout son sens à ce moment la ...

Janik a dit…

C'est un point de vue cyrrius, ce n'est pas le mien. Pour se centrer sur une gestuelle il faut savoir se...décentrer du résultat visible ou but à atteindre. Ce qui est important, c'est que ton objectif soit évaluable. Un sommet haut de trajectoire figuré par une cible aérienne faisant office de sommet de trajectoire peut être un objectif en soi. C'est une démarche à entreprendre, en vue de se forger des repères de gestuelles spécifiques.
Il est par contre indispensable de mettre en place ensuite des situations de jeu, suceptibles d'occasionner des "transferts pro-actifs".