Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

29.9.11

Le con prend rien...

Vous avez sans doute déjà  vu le film « Le dîner de con » ? La scène « Juste ! Mon prénom, c’est Juste »… Non, car il y a un stagiaire, dans ma petite entreprise, qui m’a fait le coup. Dix neuf ans, belle montre (ça sert à rien une montre ! On a tous un téléphone qui dit l’heure aujourd’hui !), plutôt beau gosse et fils à papa (quoi que, pour ce qui est du père on n’est jamais certain vous me direz). Il a un stylo en couleur... 

Vous ne savez pas ce que c’est un stylo en couleur ?

Et bien, le matin, il arrive avec peine, comme s’il venait de se taper une bique, les traits tirés, une mauvaise mine, comme s’il se faisait un sang d’encre dans les règles, comme si on venait de lui voler dans les plumes… On a envie de lui dire : « Eh ! Vas aux waters man, si ça va pas ! », de lui gueuler un peu dessus, car les cris, ça réveille l’être…

Bref… Il est mou… Et il est en stage de commercial ! Gneu…

Quand il m’a été présenté, je lui ai sorti, plein d’enthousiasme (Comme je suis toujours quoi...), un ravi :
Moi : « Salut ! Je suis Sougil ! Mais tu peux m'appeler Sougil ! »
Lui… Triste à sauter de la tour Eiffel, mais me tendant la main (quand même…) : « Bonjour… »
Moi, souriant (De ces dents blanches qui font « cling !») : « Et toi c’est comment ? »
Là, le mec, que ça fait quand même dix-neuf ans qu’il porte son prénom à la con, il me la fait diner de con !
Lui : « C’est Bastien »

Et là, forcément, je crois qu’il s’appelle « Sébastien », mais en fait non, puisque son prénom c’est « Bastien »…

Gneu !

Il vient, habituellement, tous les jeudis. Et la semaine dernière, qui vois-je arriver dès lundi ? Hein ? Ben… C’est Bastien pardi ! (Non ! Pardi, ce n’est pas son nom de famille ! Vous n'allez pas vous y mettre aussi !)
Moi : « Mais, on n’est pas jeudi, que je dis, qu’est-ce que tu fous là ? »
Et là… Il me refait le coup !!!
Lui : « Ben… chuis là pour sept semaines entières…»
Bien entendu, je m’étais dit, qu’il ne sera là que cette semaine, en cours, enfin, en entreprise…

Oh… Et pis m… Euh… Zut, tiens !

@++
Sougil – Point sot sans poil

Aucun commentaire: