Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

30.4.11

La pétanque en film...



@++
Sougil - Vagues nouvelles

27.4.11

Mes anecdotes de championnat (4) :


Championnats doublettes, avec grand beau temps aux qualificatifs comme aux finales...


Tout d'abord, aux qualif.,  on passe de justesse, après les poules, en ayant tiré, le bouchon à 12-12 pour ne pas perdre dans cette partie.

Les finales ont lieu dans un superbe cadre avec un beau terrain. C'est très agréable ! On gagne la première en jouant très bien. On est mené 4-0 dans la seconde face à des adversaires qui jouent très bien ! 

A 7 m. et en dessous de boules, je prends la décision de tirer le but car on peut s'en prendre une valise. Je le prends 10 devant, il fait 2 m., ne sort pas, on s'en prend 3... C'était à peine le jeu de le tirer, mais psychologiquement il fallait créer quelque chose car nos adversaires nous voyaient vraiment trop beaux !

Mène suivante, 8m.... Je me retrouve 3 boules à 2 mais nos adversaires ont 2 beaux points par terre ! Je pointe, gagne... Le tireur d'en face me fait carreau en place ! Il a encore une boule et reste sur une série de tir impressionnante... Je pointe et le perds 30 longs... Une boule pourtant bien jouée le terrain étant très difficile. Je repointe et le gagne mais parfaitement alignée à ma boule précédente !

Je pleure un peu... Disant qu'il va faire carreau en enfilant les 2 et qu'on va encore s'en prendre 4...

Le tireur adverse entre dans le rond... Je dis "Aïe" en l'air car elle me semble belle...

Casquette ! On marque 1 point !



A partir de ce moment, le tireur "disjoncte" et fais une de série de trous aussi impressionnante que la série de carreaux précédente. On marque sans arrêts jusqu'à mener 11-7...
9 m. encore (On a fait que jouer long dés qu'on a eu le but). Mon partenaire perd ses 3 boules loin alors qu'ils ont le point à 1 m. Je pointe et gagne à 40. Ils ont 5 boules j'en ai 2... Le tireur fait palet. Je pointe et le gagne à 30 ! Il fait carreau en place ! Ce qui veut dire qu'il faut absolument que je rentre de ma dernière et qu'il ne doit pas faire carreau...

Je prends mon temps...


....


....


....


Je vous ai dit ! Quand je prends mon temps, je prends mon temps !



...




....


Je pointe...

...


...


J'embouchonne !!!! Vu le terrain c'était inespéré ! Il tire fait carreau en place !!! Le but est annulé... 11-9 et on gagne la mène d'après...

Ouf !


Belle partie avec 3 Tournants : Ma décision de tirer le but à 0-4. La casquette à 0-7 et mon bouchon à 11-7...

@++
Sougil - Vireur

24.4.11

Livre : L'esprit de la pétanque - Kaisen



Livre atypique, mais réellement intéressant… Tout d’abord, je conseille la lecture, du même auteur de cet article. C’est un bon résumé du livre.

Si vous cherchez un « manuel de la pétanque » (Qui soit ni portugais, ni espagnol), passez votre chemin ! Ce livre est philosophique avant tout. A la limite, il aborde la pétanque « mentale », en cela, oui, il peut, en quelque sorte, être considéré comme un livre de pétanque… Mais essentiellement, je le considère plus comme un ouvrage philosophique, car il est plus question du « Soi », de « l’esprit » de la notion d’art, de bonheur, d’affirmation de sa personnalité… etc… Que de jeu, de tir de tactique…

L’auteur est un moine bouddhiste et bouliste ! Ce n’est pas commun quand même ! Attention, si, comme moi, dés que vous entendez les mots « moine », « Dieu », « prêtre », « croyance » ou tout ce qui a trait (pas la vache) à la religion vous fuyez vite et loin, rassurez-vous… Il n’est pas question de religion dans ce bouquin !

Au début, et je suis bien placé pour en parler car ça a été mon cas, Kaisen affirme que la pétanque permet de « s’éveiller à sa vraie nature d’homme, de transformer sa routine quotidienne en vrai bonheur et qui sait, trouver un sens à sa vie ». Il n’est pourtant pas question, via ce livre, de démontrer qu’il faille tuer père et mère pour réussir à la pétanque (Ou alors je n’ai rien compris…). Non, seulement, Kaisen, explique que la pétanque (et j’élargirais même au sport en général), peut jouer un véritable rôle éducatif du corps et de l’esprit afin d’approcher le bonheur… Il n’est pas non plus question que la pétanque accapare toute notre vie ! Il est juste question, de s’appuyer sur une activité (que Kaisen considère comme un art en l’occurrence) afin de se trouver, se sociabiliser et donc de s’affirmer. Pour cela, il faut travailler sur son esprit et trouver le bonheur par le jeu.

Jouer et s’émanciper, jouer et se fondre dans le jeu, jouer et entrer en état de concentration, de sagesse et de « ressenti »…

Techniquement, il est quand même question de placer son centre de gravité… Quintais est pris en exemple. Pour Kaisen, Quintais dans sa phase de préparation (par son geste de répétition qu’il effectue avant de tirer), recherche son centre de gravité afin d’être parfaitement équilibré.

Pour la gestion du mental, il est, évidement, question du souffle. (En cela, il rejoint le discours de P. Fieux…). C’est Henri Lacroix, qui cette fois est pris en exemple. Il est vrai, qu’il expire en tirant !

Voici un extrait du livre que je trouve très juste au sujet de la pensée :
« Dans les autres sports où l’on bouge en permanence, elle ne dérange pas trop, mais quand le corps est immobile, c’est l’esprit-pensée qui prend toute la place. Or, la pensée a tendance à se plaindre tout le temps et à se justifier : quand tout va bien, elle est fière et satisfaite, quand ça va mal, elle ne pense que très rarement que c’est de sa faute, mais presque toujours que c’est la faute des autres ou du terrain… Au moindre danger, elle projette des doutes, fabrique le stress, crée l’état de colère et finit par étouffer le joueur, comme un serpent qui se love sournoisement autour de l’esprit. Mal comprise, cette pensée peut revêtir la forme de l’agressivité. Stopper la conscience productrice de pensées perturbatrices est fondamental. »

J’ai adoré ce livre ! Certes, il n’est pas forcément très « accessible », mais, par contre, il est parfaitement juste et malgré les apparences, très concret.

Références complètes :
Titre : L'esprit de la pétanque - Kaisen
Auteur : Kaisen
Éditeur : Jean-Louis Accarias - "L'Originel".
Merci à eux d'accepter l'article avec les citations.

Acheter l'Esprit Pétanque sur Amazon :

@++
Sougil – Zan

22.4.11

Mes anecdotes du championnat (3) :

Finales du championnat tête à tête...

Un dimanche très pluvieux ! (Presque autant que le pape, c'est dire ! ;-) ). On dort une heure de moins ce weekend là, ce qui n'a déjà pas tendance à me mettre dans les meilleures dispositions, mais en plus, il fait un temps de chiotte... Pluie... Pluie.... Pluie...Arg !

Ça ne me donne pas envie personnellement... Mais bon c'est un championnat, il faut y aller !

Poules : Malgré les conditions (je m'étais accordé en "si") je joue très bien ! Je les finis trempé mais vraiment en jouant bien ! Je sors en 2 parties sèches. (lol)... J'ai même fait 3 frappes (je n'ai pas dit 3 secs)  pour gagner la première !

Et là, j'espère qu'on ne jouera plus ce matin... Je vais à la table et on me dit : Si tu es couvert (j'en avais 3 couches en l’occurrence) tu joueras ! Et quand je suis retourné voir un peu plus tard, Roger (bien sympathique au demeurant) me dit tu joues au 46 !

Je vais au 46...

Mon adversaire m'attend !

- Tu joues au 46 ? Que je lui demande.
- Oui ! Qu'il me répond.


On fait la pièce...

Je perds la partie dégoulinant... Presque content !



1h30 après...

On me dit : Il y eu une erreur sur le 46 ! En fait toi (moi !), tu n'étais pas couvert... Tu n'as pas perdu ! Il y a eu une erreur de table de marque.


Hein !!!!???

De deux choses l'une : Soit je le prends du bon côté, et me dis "Ouaiiii ! Je suis en (encore) course", soit je me dis "Pinaise ! Ils m'ont fait jouer pour rien et perdre tout mon influx..."

En l’occurrence, je suis plutôt positif, j'ai pris la première option.... Finalement , lors de la vraie partie de 1/16ème, j'étais totalement déconcentré... Et ai perdu en jouant mal... Et en ayant froid aux pieds, même si après , il a fait beau.... Depuis j'ai acheté des chaussures étanches !

Ma satisfaction ? C'est mon partenaire de club qui a pris le championnat en jouant très bien. C'est entièrement mérité ! Il a été le meilleur.

@++
Sougil - Mouillé

Des parties du Val de Marne :


  • Une belle demi-finale doublette, qui se joue à la dernière boule :


  • Finale tête, où comment aller aux France en tapant 1 sur 2 :

@++
Sougil - Pas aux France...

20.4.11

Mes anecdotes du championnat (2) :

Qualificatif tête à tête encore! Partie pour se qualifier le weekend prochain : Mon adversaire arrive et me dit texto :
- Je vais te donner la partie car je ne peux pas jouer la semaine prochaine...
- Ah... C'est vraiment vrai ? que je lui demande.
- Oui, vraiment...

Bon... Je ne luis sers pas la main encore, mais je me demande quel est l'intérêt de jouer dans ce cas...



Je gagne la pièce et place une boule 25 derrière à 9 pas. Il prend son temps... S'applique vraiment beaucoup (pour un gars qui donne une partie...) et au bout de la minute gagne le point accolé à la mienne ! Là... Je me dis, toi, mon p'tit gars je crois que tu me prends pour un lapin de garenne !

Je tire et lui fais un bien joli carreau en place !

Whooooo ! On ne me l'a fait pas à moi !

Finalement, je n'ai pratiquement pas perdu de boules et ai gagné facilement... Car, en perdant, je l'imaginais bien consulter son portable après la partie, l'informant par SMS que, finalement, il pouvait jouer les finales la semaine d'après ! Et qu'il en aurait été désolé... Mais ça on ne le saura jamais !

@++
Sougil - Bugs Bunny

17.4.11

Mes anecdotes du championnat (1) :


Les championnats sont presque finis chez nous (il reste le triplette), j’ai vécu de belles choses, jusqu'à maintenant, mais aussi de moins agréables et des évènements... Insolites aussi…

En qualificatif tête à tête, une très bonne partie après les poules : Je mène 11-5 en jouant correctement. Je pointe à 30, mon adversaire le gagne à 25 devant et de côté. Je tire et frappe bien mi-boule. La boule de mon adversaire grimpe sur le but et s’arrête net à cause de lui, il conserve le point ! Je pointe et reperds le point. Il en ajoute 2 ! 11-8.

Mène suivante, il pointe 30 de côté je gagne le point. Il tire et fait carreau au bouchon. Je tire… Casquette ! Je rentre en 2ème, il me refait carreau. 11-11. Ca tourne vite en tête à tête !

Mène suivante il pointe beau. Je tire… et… Manque ! (whoooo ! Je n’ai jamais dit que ça ne m’arrivait pas !)… Je retire et chique ! Arg… Il a le point à 30 de côté il y a 9 pas… Je prends mon temps….









(Ben vi… Quand je prends mon temps, je prends mon temps…)






….


A 59 secondes (car je reste réglo), je pointe et le gagne collé à sa boule mais quand même découvert… Là, je crie « Ouaaaai » ! Un peu comme si, avec cette boule, j’étais certain qu’elle allait me permettre de ne pas perdre… Hors je pensais tout le contraire… Il n’avait plus qu’à frapper gagnant pour faire 13 avec 2 boules en main (et le joueur en question en avait pleinement les moyens, c’est un bon joueur…). Je quitte le terrain ! Et m’en vais à 20 m. admirer ma perte ! Et là… Je le vois pointer sa première ! Mais qu’est ce qui lui prend ??? Il le perd (évidemment…) puis tire à la gagne et… Frappe la sienne !

12-11 pour moi ! (Je lui annonce seulement le score, mais si j' avais été inélégant, j'aurais dit merci...). 

Mène suivante…

Je pointe à 30. Il gagne. Je fais palet (Ah ! Vous voyez que j’en touche des fois !)… Finalement, il perd 2 fois le point ensuite… Ouf ! 13-11 pour moi...

Belle partie… Mais pourquoi t’as pas tiré avec 2 boules en main mon garçon ?

@++
Sougil – Compteur

16.4.11

La pétanque est un sport collectif (Bon… Sauf le tête à tête évidemment…Gneuuuu) :


En tant que tel, il faut accepter, quand on joue mal, de faire perdre ses partenaires, même si on en est triste. Pas facile pourtant, à l’issue d’une partie disputée, de se dire : « C’est moi qui la perds… », mais c’est les boules ! Personnellement je déteste ça ! Faire perdre mes partenaires… Avoir le poids d’une défaite sur ses épaules… Bouhhh… Vraiment je ne supporte pas ça ! Mais, finalement je me dis… C’est comme ça… Il ne faut pas s’en faire une maladie non plus…

A l’inverse quand on a bien joué et que ce sont nos partenaires qui n’ont pas été à la hauteur, ben… Il ne faut pas faire le fanfaron ! Combien de fois j’ai vu des joueurs pleurer des « J’ai joué tout seul », comme si leurs partenaires n’avaient rien fait. Finalement, ce sont les mêmes, qui, quand ils jouent mal, implorent, la malchance, la méforme incompréhensible, ou je ne sais quoi… Sans dire que leurs partenaires, eux, ont été bons !

Zidane dirait « on perd ensemble, on gagne ensemble », euh… A moins que ce ne soit l’inverse ! ou tout bien réfléchit, il disait « On vit ensemble, on meurt ensemble » ! Zizou n’est pas un grand écrivain ou philosophe (ça se saurait), mais il a « inventé » une formule bien juste en sport ! On est personne sans son équipe. Une fois, on l'a plutôt fait perdre, l’autre fois on l'a fait plutôt gagner… C’est le sport ! Mais dans tous les cas, on n’a jamais rien fait seul.

Hier j’ai été mauvais et j’ai fait perdre ma ou mon partenaire, aujourd’hui j’ai été bon mais ça n’est pas passé… C’est les boules ! Mais dans tous les cas, ce n’est pas grave…

Pour finir ce petit mot, il y a un truc qui me déplait vraiment beaucoup sur les terrains et qu’on n’entendait pas (en tous cas autant ou comme ça…)  dans le temps. Ce sont les joueurs, qui, quand ils perdent, disent (pour ne pas dire crient !) « Va te faire e… ». Personnellement (mais à chacun ses mœurs), ça ne me dit pas grand-chose, mais, surtout, quelle manque d’élégance ! Moi, quand je perds, je vais serrer la main de mes adversaires et je leur dis : « Bien joué ! »… Je ne leur dis rien d’autre (en tous cas, rien d'insultant), puisqu’ils m’ont battu, et donc, ont mieux joué que moi. Je veux bien que la pétanque est parfois énervante… Je veux bien que des fois on jure un peu… Je veux bien que des fois on a envie d’exploser… Mais je n’accepte pas le manque de respect ! Aujourd’hui j’ai perdu… Pas une seule vulgarité n’est sortie de ma bouche de la journée…

@++
Sougil - Père dent sans racine

13.4.11

Livre : Comment se forger un mental de champion - Pierre Fieux


Autant « La pétanque de compétition » de P. Fieux est, à mon avis, un peu superficiel, autant j’ai été enthousiasmé à la lecture de « Comment se forger un mental de champion ». Où, sur mon site, j’ai juste un court article sur l’aspect mental, l’auteur, lui, en a écrit tout un livre, avec du véritable contenu, de très bons conseils, voire même, une excellente méthode pour réellement progresser mentalement.

Il est impossible de considérer quelle est la part de mental dans une partie à enjeu et à niveau technique correcte, qui permettra de faire la différence (et même de battre des joueurs supérieurs, théoriquement, en niveau). Pour moi, c’est certainement plus de la moitié (même beaucoup plus !!!)… La technique, une fois acquise ne se perdra jamais vraiment (même si on est plus ou moins en forme), mais qu’en est-il de la force mentale ? Comment garder un niveau de volonté et de maitrise de soit dans le temps et quelles que soient les parties à jouer ?

Ces questions, certes basiques mais tellement justes, sont abordées dans ce livre et de véritables réponses sont proposées. Une phrase résume cet ouvrage : « Vouloir, c’est pouvoir ».

En introduction, l’auteur commence par un petit questionnaire, l’intérêt étant de faire un bilan sur son mental dans le jeu, au sens large, mais aussi sur des points psychologiques en particulier. Puis il nous expose les « valeurs », des croyances et des défauts classiques qui conditionnent nos performances. On va enfin entrer plus dans les solutions pour améliorer nos facultés et notre mental, donc notre jeu et donc nos résultats…

Pour connaître ses solutions je conseille vraiment la lecture de « Comment se forger un mental de champion » ! Encore une fois, on se rejoint avec M. Fieux sur beaucoup de points. Comme lui, dans la partie « Mental » de mon site j’ai utilisé le terme de « bulle »… « La pensée positive» et « l’image mentale»… Bref, je suis en parfait accord avec ce qu’il écrit, surtout que lui l’a fait bien mieux que moi et de manière bien plus développée et approfondie que je ne l’ai fait.

Pour les joueurs "adroits", en tous cas ambitieux, auxquels il manque le petit truc… Lisez et mettez en application ce livre !

Acheter comment se forger un mental de champion sur Amazon :


@++
Sougil – Menthe à l'eau

8.4.11

Livre : La pétanque de compétition - Pierre Fieux


Nouvelle rubrique encore : Littérature !

Ce n'est pas que ce livre n'est pas intéressant, ce n'est pas qu'il n'apprend rien, ce n'est pas qu'il dit des choses fausses (quoi que sur certains points, sans grande importance, je ne suis pas forcément d'accord), non...

C'est juste que ce livre est un peu "juste"...

Tout d'abord, et pour venir à l'aide de l'auteur, le support unique mot + image, n'est pas suffisant pour expliquer comment pratiquer la pétanque (Il n'y a pas mieux que la vidéo...). Car, ce livre n'a, à mon avis, par d'autre ambition que d'être un support pour apprendre les bases du jeu, mais c'est déjà très louable. Très étonnement, il utilise un peu les mêmes parties que mon site (je l'ai pourtant lu après avoir créé le site), et plus bizarre encore, il y a des "idées" parfaitement similaires aux miennes (à moins que ce ne soit l'inverse ! L'auteur a plus d’expérience que moi !). Je ne peux donc pas être trop critique vis à vis de ce bouquin d'initiation, car il rejoint parfaitement ce que j'ai écrit...

C'est juste que j'en attendais, peut-être, un peu plus... Sans modestie aucune, je dirais que vous n'apprendrez pas plus avec ce livre, qu'avec mon site... Je sais... Je me la pète ! :-) Cependant, si vous êtes curieux et aimez ce jeu, je vous le conseille quand même (après tout 15 €, ce n'est pas cher) ! Car il dit des choses justes, parle parfaitement de la pétanque, et... Deux avis valent toujours mieux qu'un !

Acheter la pétanque de compétition sur Amazon:



@++
Sougil - Pivot bancal

6.4.11

Même les stars, bourrées de talent, jou(ai)ent à la pétanque :


Reconnaissez-vous cet homme, celui à l'air pitre, face photographe, pantalonné d'un superbe short à carreaux (normal, pour jouer à la pétanque), et qui se tape une boule en vacances ?


Cet homme, c'est Pierre Desproges... Alors... Pour ceux qui ne le connaissent pas :

Pierre Desproges est né (mais il est aussi mort ce con) à Pantin. Il n’avait pourtant rien d’une marionnette et son nez s’allongeait moins que les sexes des hommes politiques en réunion avec leurs charmantes stagiaires. Pierre Desproges avait de l’humour. Que dis-je… Pierre Desproges avait UN humour ! Flamboyant, noir cynique et aussi absurde que lui était cultivé. Il était plus cultivé que le jardin de mon beau père (pourtant ancien agriculteur), sauf que lui, il n’aimait pas la soupe à la citrouille. C’est donc dire comme cet homme, que dis-je encore, cette personnalité inégalable et pas sénégalais était un puits sans fonds de connaissances… Même s’il ne buvait pas que de l’eau… Il serait (bon) vivant aujourd’hui (puisqu’il est mort ce con) Pierre Desproges pourrait parler comme un érudit du pont de Brookline en passant par le trou de la sécu sans aucunement faire allusion à Carla Bruni, qui, pourtant, a déjà eu les pieds plus écartés que le dit pont et qui a le trou qu’elle mérite. Il avait un style… Et le style… Ben c’est vachement important, tant pour écrire que pour être. Regarde-moi par exemple (à l'écrit, parce qu'à la pétanque...). Ben je n’ai pas de style… Alors j’écris sans style… Cela dit… Je t’emmerde !

Certes il avait aussi des défauts : Il n’aimait pas le foot. Mais, bizarrement ne devait pas cracher sur l’argent ! Plus que le foot… Je crois qu’il haïssait le sport en général (Sauf les boules). Je pense que lorsqu’il critiquait le sport, il oubliait combien sa mère avait beuglé à le faire naître… Ca devait être pour ça… Pourquoi sinon haïr une pratique, somme toute, saine pour le corps, l’esprit et le portefeuille ? Ou alors… Ce qu’il n’aimait pas dans le sport c’était l’effort. C’est comme ça avec les surdoués : Ils peuvent tout faire avec aisance et facilité mais... A condition de rester dans leur domaine ! Par exemple moi… Je ne critique jamais un bon apéro !

Quand même, je plains sa mère : Ça n’a pas dû être facile à enfanter un trublion pareil. Pierre Desproges était un provocateur. Je suis certain que, paradoxalement, il aurait été pote avec un type comme Domenech… Juste parce qu’il a le sourcil broussailleux. 

Pierre Desproges a fait de la télé… Il me semble me souvenir qu’il a participé à une émission qui devait s’appeler… Euh… « La grande équerre » (Je crois…) – Etait-ce en hommage à l’éducation nationale qu’il a presque autant adulé que notre armée ? Rien n’est moins sûr… Et il n’est pas mort (ce con) dans le centre de Moncul : Grand bien lui fasse (à Moncul), qui en voit passer bien d’autres, les pieds devants, comme ailleurs…

Son signe astrologique : Cancer. Je sais… Ce n’est pas drôle… Cela dit (encore)… Je t’emmerde ! Affectueusement il se disait accompagné de son petit crabe… Il le lui a bien rendu…

Il y a des grands Môssieu, comme celui-là, qui manquent aujourd’hui… Il était un Môssieu qui aimait les femmes, le vin et savait se moquer avec l’élégance de Jésus portant sa croix, espérant que Madeleine lui ferait au moins une petite pipe avant de finir comme on sait. D’ailleurs s’il était vivant (puisque, tu l’auras, peut-être, enfin compris, il est mort… Ce con) je crois qu’il dirait de Ségolène (mais sauf que lui, il avait du style) : Cette femme ne peut être qu’une sainte puisqu’elle a été le dernier rempart à l’élection de notre bon président, alors même, que tout le monde exigeait travailler plus pour se faire plus prendre par derrière, elle, elle montrait son séant à tout bout de champs… Alors… Bon… Non… Finalement, ça ne doit pas être une sainte…

Finalement, cet homme m’inspire ces quelques réflexions sans prétentions :

Pierre Desproges se moquait des juifs : Il est mort pauvre.
Pierre Desproges écrivait comme personne, pourtant, beaucoup l’ont lu.
Pierre Desproges s’est toujours demandé ce qu’un grand restaurateur, invité à la télé, faisait de sa recette.
Pierre Desproges a eu un berger allemand : Il n’était pourtant pas un mordu des animaux.
Pierre Desproges n’a jamais connu sa maladie… Je ne connais toujours pas mes voisins.
Pierre Desproges a eu un chat persan : Certains l’ont pourtant dit raciste. (Ouai je sais… Ca fait Leluron celle là…)
Pierre Desproges à la vue d’un lac : « Vite à la berge ! » - Il aurait pu aussi mourir (ce con) noyé.
Pierre Desproges quand il a tenu son premier enfant, pour la première fois, dans ses bras a pensé lui passer une crème anti-âge… Mais il a eu peur de le faire disparaitre.

Pierre Desproges est donc mort (Ce con)…

@++
Sougil – Aux mages

3.4.11

Vidéo - Finale championnat du monde 1994 :

Encore une partie France (Choupay - Loy - Bideau) contre Belgique (Marchandise - Weibel - Van Campenhout) :

  • Partie 1 :



  • Partie 2 :


  • Partie 3 :


  • Partie 4 :


  • Partie 5 :


  • Partie 6 :


  • Partie 7 :


  • Partie 8 :


  • 9ème et dernière partie :
Fin !

2.4.11

Ca aurait pu être le lien du weekend...

Le Projecteur.com, WebTV, souhaitait diffuser la coupe de France. Mais, finalement, pour une question de droit (Accord Sport + et Fédération), leur diffusion n'aura lieu qu'à partir du 5 avril...

La retransmission aura donc lieu en premier lieu sur SPORT + à 9h40 ce dimanche...

En attendant, voici la vidéo de présentation du Projecteur.Com :


@++
Sougil - Chouette TV

1.4.11

Il y a un temps pour tout...

Vous avez peut-être remarqué, mes dernières interventions chez Bouletbut.
Je n'ai (évidemment...) aucun différent avec lui. Si vous prenez chaque lettre de ma liste vous comprendrez que, à sa demande d'ailleurs, c'était un POISSON D'AVRIL.

Seulement voila, un bien triste évènement, qui m'a profondément touché, s'est produit. Nous échangeons sur le net sur la même passion. Parfois, les débats sont tellement passionnés, que ça dérape. C'est vrai pour d'autres mais, ça l'a aussi été pour moi. Je le regrette.

Je n'ai vraiment plus l'âme à plaisanter aujourd'hui...

@++
Sougil.