Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

16.5.16

Réflexion sur l'expression : "Ce n'est pas normal"

Cette réflexion que j'entends trèèèèèèès (trop !) souvent (surtout en ce moment) me dérange au plus haut point (ma nouvelle place en matière de pétanque). A chaque fois que je l'entends, immanquablement, je pose la question suivante à mon interlocuteur : qu'est-ce que la normalité ?

Et il ne me répond jamais...

C'est un peu comme "les parties qu'on ne doit jamais perdre"... Et qu'on perd quand même ! La normalité c'est qu'à chaque partie, il y a un gagnant et un perdant... épicétou

La véritable normalité, en matière de pétanque, c'est de... louper ! Celui qui ne manquerait jamais serait, ce qu'on appelle, un extra-terrestre, et donc, plus très... normal ! Comprendre que l'échec fait partie du jeu, c'est comprendre toute la bonne et véritable philosophie de la pétanque ! C'est la bonne (celle-ci) expression : le jeu demande faute !

Quand un grand champion (je ne parle donc pas de moi), passe totalement à côté d'une partie... Même si c'est un des meilleurs joueurs du monde, même s'il a des millions d'heure de pratique, même s'il est extrêmement adroit, même s'il joue avec des joueurs de son calibre, même si le terrain est facile... Ce qui est anormal, c'est de dire, de sa performance, que... "Ce n'est pas normal" !

Quelque soit le joueur, celui-ci, n'est fait que de son corps et de son esprit... Son corps peut-être meurtri, fatigué, malade... Son esprit peut être préoccupé, anxieux, déconcentré, las... Si le corps ou l'esprit, les deux étant même étroitement liés, ne sont pas à leur optimum, alors, il est totalement normal, que l'être, capable d'être si fort pourtant lorsqu'il est en pleine possession de ses moyens, puisse manquer... Même beaucoup !

La normalité c'est l'échec ! Car personne ne peut être à son maximum, tout le temps ! Personne ! Même si c'est le meilleur joueur du monde et qu'il s'entraîne 5 h. par jour !

Alors... De grâce (ce qui n'est pas l'état dans lequel je suis actuellement)... Arrêtez de me dire "ce n'est pas normal" lorsqu'un joueur passe à côté.. ou alors... Merci de m'expliquer ce qu'est pour vous "la normalité" !

Si on arrive à comprendre qu'il est normal de ne pas réussir toujours, alors, on comprend, et même surtout, on accepte, la vraie philosophie de la pétanque, et ainsi, on parvient à progresser humainement... et donc... boulistiquement !

Malgré sa promesse, même notre bon président n'a pas réussi à être normal !... Alors !

@++
Sougil - Nord mal supposé

6 commentaires:

Anonyme a dit…

bonjour,

Notre cerveau enregistre probablement notre normalité en fonction de nos possibilités à maxima.Et c'est là qu'il se berce d'illusions...Ce que je développe un jour peut-il se reproduire demain,après demain?Peut être oui si je suis dans les mêmes dispositions mais certainement pas si mon esprit n'est pas à l'équilibre et mon corps est piqué par une quelconque adversité.

Deux concours de plus de 50 ans:l'un gagné 4 parties en finale avec mon partenaire,battu en finale un champion du Nord vétérans 2016 et un vice champion seniors du Nord 2014.Trois semaines après même terrains,conditions identiques,l'autre concours perdu 4 parties ,une sorte de dégringolade dans la non réussite et une vague incompréhension d'incapacité à bien jouer.

Et c'est là que se fait l'analyse ,début du deuxième concours:j'ai mal aux reins ,mon partenaire aussi ,nous racontons nos petits soucis avant le concours...Moralement ,je ne suis pas trop bien et mon partenaire excellent avant le concours peine,doute ,et n'est pas performant au tir comme d'habitude.Bien après ,je réalise que je n'étais pas celui du premier concours mais l'autre fragilisé par les aléas de la vie et que c'était normal que ma performance ait été médiocre dans ce concours.

Comme tu dis sougil,l'être humain est ainsi ,surtout ceux qui développent une sensibilité un peu au dessus de la moyenne.

L'habitude des concours,la capacité à mettre de côté les événements de notre vie personnelle,la concentration aident un peu plus à rendre une normalité plus éclatante mais les hommes ne sont que des hommes...

Et même comme tu le dis les grands champions sont atteints parfois de cette fragilité toute relative qui fait que nous ne sommes pas toujours celui d'hier...Je revois toujours cette finale France triplettes 2014 où Loy,Lacroix et Suchaud il me semble n'étaient que l'ombre d'eux mêmes.En face Berlier,Rouquier et Ferrand mieux dans leur tête et dans leur jeu.

C'est bien pour cela que l'humilité chez un bouliste révèle souvent une grande richesse chez l'individu qui développe ce sentiment.Car il a compris que la normalité n'existe pas,on peut s'en rapprocher mais il suffit d'un grain de folie ou d'une douleur quelconque pour la mettre à grande épreuve.

Etonné quand même que tu sois devenu pointeur,tu as trouvé meilleur que toi dans ton petit coin de paradis?

Marcocol

Souef Gilles a dit…

C'est vrai que le cerveau enregistre... C'est ce qu'on appelle la mémoire ! Comme je le mentionne dans mon livre, la mémoire (de la tête) a tendance a toujours enregistrer les bons souvenirs... Ce sont les fameux "j'étais meilleur avant" ! Alors que... Et l'important, ce n'est pas "l'avant" mais... Le "maintenant" !

La mémoire du cerveau, et du corps, sont des éléments fondamentaux en sport (pas que), et donc... En pétanque ! C'est pour cela qu'on se doit de s’entraîner avec sérieux : pour améliorer et entretenir sa mémoire corporelle et intellectuelle !

Pour ce qui est de la sensibilité... Je crois, aussi, que c'est ce qui peut faire la différence, à un certain niveau ! Autrement dit, être sensible, est un atout qui, lorsqu'il est bien utilisé et géré peut faire la différence, surtout dans les moments clés ! La sensibilité est liée à la mémoire...

J'ai, tout comme toi, pensé à cette finale France du triplette, pour écrire mon petit article ! Leur esprit (aux champions) n'y était pas... C'était flagrant ! Leur corps, et donc leur technique, n'a donc pas pu suivre...

L'humilité, c'est la raison ! Relativiser c'est le fondement. La richesse humaine, c'est juste d'avoir assimiler ces deux notions... De la perfection on peut s'approcher, que ponctuellement, de la normalité, on ne peut que s'en faire une idée... abstraite... Car rien n'est normal... ou pas !

Pour ce qui qui est de ma place (égocentrisme quand tu nous tiens) : rien n'est figé ! Il n'y a ni tireur, ni pointeur... Il n'y a que le jeu (au sens premier du terme) qui prime ! Le jeu engendre faute et plaisir... Une partie c'est l'un (ou l'une), l'autre c'est son inverse ! C'est certainement pour cela, au final, que ça entraîne tant de passion !

"C'est quand on croit qu'on est arrivé, qu'on redescend". Je me cite... (que mes réflexions sont bonnes quand même ! :-D )...

Merci pour ta réponse Marcel !

@++
Sougil - Raies en flexions... Extensions !

Souef Gilles a dit…

(Ce n'était pas Suchaud en final du x3 mais Le Boursicaud)

@++

Anonyme a dit…

Exact.J'avais avancé la notion de doute et tu confirmes ...

Bouille a dit…

bonjour à vous. Çà c'est de l'article...et du commentaire...excellent.
Juste pour dire que ce n'est pas péjoratif d'être pointeur...
"ce n'est pas sale..."
Tout commence par le point et pas de partie sans point... c'est vrai que l'on est maintenant dans une pétanque spectacle ou le tireur est la vedette...mais voilà tout bon joueur sait qu'il n'est personne sans pointeur digne de ce nom.
c'est sympa de mettre la table aux copains...non ?

Souef Gilles a dit…

Tout à fait d'accord Bouille !

C'est ce que j'ai toujours dit également : tout part du point ! Il est même beaucoup plus rare de trouver des bons pointeurs que des bons tireurs...

@++
Sougil - Poli vaillant