Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

24.10.15

La technique si particulière de Dylan Rocher


A la demande de Raymond, je vais essayer de "décortiquer" un peu la technique, au tir, de Dylan Rocher.

Sur la posture en général d'abord, ce qu'il y a de remarquable dans son style, c'est le relâchement total ! On sent qu'il tire totalement relaxé et avec un engagement et une volonté totales ! Il a également un superbe rythme de balancier ! Bref... Beaucoup de décontraction (à l'image du garçon d'ailleurs) qui donne un impressionnant et déconcertant sentiment de facilité...

Si on affine un peu maintenant...

Il désaxe énormément; ce qui crée un fort déhanchement en retour de balancier. Il a un très haut balancier mais très peu de cassure du poignet, d'ailleurs, il n'est pas de ceux qui donnent le plus d'effet dans le boule... J'avais fait une comparaison avec son frère Mendy, il y a un certain temps de cela...

Il est quasiment en appui que sur son pied gauche... Il est d'ailleurs aberrant de l'avoir sanctionner aux derniers France Tête à tête pour avoir mordu le rond derrière, car avant le lâcher son talon droit est levé ! Il utilise donc à merveille le transfert du poids du corps... Par le passé, il était même un peu trop entraîné vers l'avant et avait parfois tendance à sortir du rond.

Mais, ce qu'il y a le plus important dans son style, c'est cette volonté à lâcher la boule tard (c'était moins vrai ces derniers mois d'ailleurs, il tirait plus bas). Il ne force pas car, il ne s'occupe juste à lâcher (ou déposer) la boule que loin devant lui. Comme il ne tire pas beaucoup au poignet, il lève donc la boule grâce à ce lancer très tardif ! Son bras, tout pendant qu'il a la boule en main, est toujours très axé à la ligne de tir ! Par contre une fois le lâcher effectué il a un gros fauchage intérieur... Comme son tir est "comme s'il était sur un fil" (pieds joints avec, en apparence, un déséquilibre), il s'aide énormément du bras droit (qui finit loin derrière... Il est gaucher, faut-il le rappeler !) pour compenser le fort désaxage et garder ainsi un équilibre qui peut paraître précaire mais qui est, pourtant, parfaitement maîtrisé...

Pour conclure... Beaucoup disent que le style Dylan Rocher n'est pas le plus esthétique qui soit... Qu'est-ce qu'un "beau style" ? En tous cas, le garçon est d'une précision étonnante à toutes les distances, et ça, c'est uniquement grâce à sa technique si particulière... Par contre, j'ai trouvé (de ce que j'ai vu) ces derniers mois qu'il lâchait la boule plus tôt et qu'il tirait plus fort... Bon... Ca ne l'a quand même pas empêché de faire encore une année monstrueuse !

@++
Sougil - Sculpteur

22.10.15

Réponse à "La taquetaquetic du Sougil"



Je vous rappelle d'abord l’énoncé du problème !

Merci à tous ceux qui ont répondu (beaucoup sur Facebook, y compris sur la page "English petanque" !), apparemment, le sujet a intéressé !

Puis, pour débuter ma réponse, je vais enchaîner sur un extrait de mon livre :

_______________________________________________________________

Jouer le jeu

« Celui qui se libère, loin d'être incapable de jouer le jeu, le joue encore mieux car il voit la vie comme un jeu.  »
Allan Watts

Outre que cette expression, bien connue des boulistes, doive porter un nom en rhétorique, je vais m’employer ici à la circonscrire.

Bon… Pour ceux qui ont peur de cette pompeuse phrase d’introduction, rassurez-vous ! Le reste sera (normalement)  plus buvable.

Bien souvent, donc, on entend sur les terrains de boules : « c’était le jeu » ou… « c’était pas le jeu ». Mais c’est quoi « jouer le jeu » ?

Je veux bien tout entendre et essayer de tout comprendre à la pétanque, mais « le jeu », par définition même, c’est avant tout « une activité de loisirs d'ordre physique ou bien psychique, soumise à des règles conventionnelles, à laquelle on s'adonne pour se divertir, tirer du plaisir et de l'amusement » selon Wikipedia, qui je l’accorde en Ré mineur, ne dit pas que des trucs justes. Même en étant pondéré, et sans être sorti du c.. de la poule, à moi, cette définition, me va assez bien !

Par conséquent…

« Jouer le jeu », à la pétanque, voudrait simplement signifier : « Se faire plaisir »…

Et pourquoi pas !?

Car en matière de pétanque, j’estime qu’il n’y a pas de règles stratégiques absolues. La preuve en est, de toutes les discussions que peuvent engendrer un choix tactique entre différents protagonistes, même confirmés.

Alors… Que faire ?

(...)


Ma tentative de définition de « jouer le jeu » pourrait être :
Se faire plaisir à réussir ce que l’on tente, avec pragmatisme et discernement dans le but de marquer ou, à défaut, d’en perdre le moins possible.

Vous n’êtes pas plus avancé avec ma définition ? Normal ! Je ne suis pas un escalator moi !

 

La part de technique et la part de créativité

« Sourire est la meilleure façon de montrer les dents au destin. »
Un anonyme, qui devait avoir les dents blanches !

La base de la réussite, c’est la technique ! C’est certain. On ne tire pas une boule à la sautée ou un but à dix mètres par hasard, Euh… Ce sont des exemples. On ne joue pas, non plus, une boule au point en la travaillant un maximum ou en grande portée sans une bonne technique… Euh… Ce sont d’autres exemples ! Mais ça c’est l’évidence même ! Sans technique, on ne s’en sort pas ! Séguéla dirait : « Sans maîtrise la puissance n'est rien »...

La technique elle fait beaucoup…

Mais !... Pas tout !

Quand on a, face à face, deux équipes d’un même niveau technique, de celles qui jouent, comme on dirait, « neuf boules sur dix », la partie peut alors tourner sur un coup ! Un coup de bluff, un coup de génie, un coup d’inspiration, un coup de mental… Ou au pire... Un coup de chance !

Il y a parfois des coups osés qui font la différence ! Bon… De là à parler « d’art »… Je ne sais pas (on n’est pas là pour faire de la philosophie…), mais certains coups font parfois appel… « à la créativité, à l'audace, à l'inventivité et à l'imagination » -  Pierre Fieux.

Le risque, c’est de tenter un coup comme ça toutes les deux mènes ! En effet, la pétanque est quand même un jeu basique, j’ai déjà utilisé le terme « binaire » : à toi – à moi – à toi – à moi… Alors que parfois, il y a des joueurs qui vont vraiment chercher midi à quatorze heures…

Il est certain que c’est un jeu de duel, où il faut rendre coup pour coup ! Mais, THE coup, il ne peut survenir qu’une fois de temps en temps… Si besoin…
 _______________________________________________________________

Voila pour l'extrait du livre... Alors... Qu'est-ce que s'est-il donc passé, à ce moment de la partie (0-4), mentalement, techniquement, tactiquement et au niveau de l'équipe ?

On avait fait une mauvaise entame, la mène était indécise (surtout dans ce terrain compliqué), ma coéquipière m'a dit :
- Pointe bien !
J'ai fait un allez-retour au rond, puis je lui ai dit :
- Non, je vais tirer, car si je frappe les deux je peux faire du boulot !

Je sentais, que c'était le moment ! Si on en prenait encore 2 ou 3 sur cette mène, je sentais que la partie allait sans doute nous échapper. Je sentais que j'allais faire ciseau et carreau dans le but en même temps. Et là, ma coéquipière (avec laquelle j'adore jouer), m'a dit (sans que je sache si c'était de la résignation ou de la confiance en moi) :
- Alors tire !
J'ai fait ciseau/carreau dans le but. Le tireur adverse a ensuite pointé en perdant le point à la sautée (mais en coupant les deux autres) de ma boule dans le but. J'ai fait une jolie patinette pour finir, on en a marqué 4 ! Mentalement, cette mène nous a complétement lancée dans la partie, et a marqué les adversaires... On a finalement gagné plutôt facilement... Quelle aurait été la partie si on en avait perdu 2 ou 3 ?

Ce moment de partie illustre ce que j'ai voulu dire dans mon livre : en pétanque, il n'y a pas, par moments, des choix de jeux d'une extrême évidence... Il y a, par contre, des inspirations mentales (pléonasme ?), qu'il vaut mieux suivre en se faisant pleinement confiance ! C'est en cela qu'on peut y trouver un énorme plaisir ! Beaucoup de tireurs auraient fait le choix de tirer (il n'y a rien d'extravagant à avoir fait ce choix là), par contre, c'est ce qu'il y a de si particulier à ce jeu (le fameux côté métaphysique), sentir à cet instant que j'allais réussir THE coup qui nous ferait vraiment avancer dans la partie (là aussi, ça arrive à tout le monde, je ne suis pas une exception), c'est ce que j'adore à la pétanque !

"Etre créatif, c'est être capable de générer du hasard"
André Tricot

"La créativité, c'est l'intelligence qui s'amuse"
Albert Einstein

@++
Sougil - Crie hâtif chauve




21.10.15

La pétanque enseignée à l'école

Moi.... Je veux bien que la pétanque soit enseignée en EPS, mais... Qui va apprendre aux profs au préalable ?

Même dans les écoles de pétanque (celles des clubs), il y a des "formateurs" qui sont incapables de bien enseigner... Alors... Que peut-il en être des profs de sport ? Et surtout... Quel va être l'argument de l'intérêt physique, pour les jeunes, à "pratiquer" la pétanque ?

Telle la fosse, me voila bien sceptique !

Et pourtant, j'adore la pétanque ! Pour le bien être mental, et même un peu physique (à condition de la pratiquer intensément), je pense que ça peut être un excellent sport, notamment pour les élèves qui ne sont pas fans des tours de stades, des roulades ou des sports collectifs... Ils peuvent, peut-être, trouver là un sport qui les épanouisse !...

Bon...

Qui vivra verra, mais j'ai un peu de mal à y croire en tant que sport récurent...

Je croirais beaucoup plus en des séances de découvertes/initiations... Surtout si je dois signer avec Najat Vallaud Belkacem (que je trouve absolument charmante !).

@++
Sougil - Singe à terre

International de MONACO 2015 - Belle finale !





20.10.15

La taquetaquetic du Sougil

Situation qu'on a eu Samedi avec ma partenaire en doublette mixte :
0-4 au score et 2 boules (à moi) à 1 (au tireur adverse).
L'adversaire a deux points par terre un point à 40 et un à 50. Nos deux boules (les blanches) sont à au moins 1m50. et plus...

Le terrain est difficile au point comme au tir, on est à 9m50. Voici, à peu près, la situation :



Bon alors... On fait quoi ? (ma partenaire expérimentée me propose une solution, je lui en propose une autre...)

@++
Sougil - Boule vide

"La trajectoire du vainqueur" en Tchèque !


Et non... Ce n'est pas une blague !

Mon livre va être traduit et diffusé en République Tchèque !

Incroyable mais vrai !

@++
Sougil - Le Tchèque est mat

19.10.15

Quand on croise Gilles Bourdouleix, autant lui dire ce qu'on a à lui dire !

Sympathique la visite de M. le Maire de la ville de Cholet, Gilles Bourdouleix, ce dimanche, pour faire le point sur un weekend de compétition organisé par mon club, le CAEB Pétanque !

Ca m'a permis de lui dire ce que je pensais au sujet des installations en matière de pétanque !


Cholet, ville très agréable à vivre au demeurant, a quand même été élue ville la plus sportive de France !

Alors certes... On traîne toujours notre image d'Epinal... La pétanque est-elle un sport ? Et donc... Mérite-elle des installations dignes de ce nom ? Je peux, pour ma part, vous affirmer que pour avoir fait un concours intense samedi, la pétanque est un sport ! Commencer une compétition à 9 h. du matin, pour la finir au milieu de la nuit (avec heureusement, un éclairage d'appoint gracieusement fourni par la mairie pour l'occasion, car, en tant normal, on joue dans la pénombre !) est extrêmement fatigant, tant mentalement que physiquement !

Mais ça... Seuls les véritables pratiquants le savent ! Pour un non initié, la pétanque est une activité de vieux, un loisir journalier, qui ne méritent, finalement, pas de grands moyens...

J'ai essayé d'expliquer à M. Bourdouleix que nos championnats se déroulaient dès le mois de mars, et que donc, pour devenir champion on se devait de nous entraîner intensément l'hiver... Il est vrai qu'on a une "salle" (une espèce de masure dont je doute des normes sanitaires et architecturales), dont vous aurez du mal à trouver des photos... En général on photographie les choses qui en valent la peine ! Mais, eu égard à la stature d'une ville comme Cholet, cette "salle" est, je le dis comme je le pense, indigne !

Il est vrai que beaucoup d'argent est déjà donné au National de Cholet, mais je pense qu'il y a également des retombées qui ne doivent pas être négligeables en contrepartie...

En comparaison, si on regarde ce qui se fait aux alentours, on peut voir des villes plus petites, comme aux Herbiers, Challans, Pouzauges (je cite la Vendée que je connais mieux), mais aussi Thouars, ou Chemillé, par exemple, et tant d'autres encore, avec des véritables installations dignes de ce nom ! Et pour une grande ville comme Cholet, ben... on n'a quasiment rien... Un chapiteau comme celui de La Roche sur Yon, par exemple, nous comblerait et nous permettrait même d'organiser des concours d'hivers !

La pétanque est un sport (et pas que d'extérieur), qui nécessite technicité (j'en ai écrit des livres), endurance et donc entraînement !

Mon plus jeune fils vient de commencer le tennis de table... Il faut voir le gymnase qu'a le club !  La grande classe ! Sans parler du club house...

Et je ne vous parle pas du Basket, du foot, du tennis et de tous les autres sports... Même quand ils ne regroupent pas énormément de licenciés...


Alors... Cholet... Ville la plus sportive de France... Peut-être ! Mais, de mon point de vue... Par pour tous les sports !

M. le Maire... Vous voulez qu'en pétanque on atteigne un niveau national, qu'on attire de bons joueurs et qu'on donne une belle image de la ville ? Fournissez-nous les moyens d'y arriver, on se chargera du reste !

@++
Sougil - L'eau bling bling

15.10.15

6.10.15

Ma réponse à : jeu en oblique près de la ligne de perte

Etant donné l'origine de mon nom de famille, je vais devoir faire une réponse de normand...

Je vous rappelle, tout d'abord, l'intitulé... (Euh... S'agit là de cliquer sur le mot "intitulé", parce que sinon, vous allez pouvoir attendre longtemps...)

Alors ? Trajectoire 1 ou 2 ? Effet gauche/droite ou droite gauche ?

En théorie pure (pour les puristes quoi), plus on aura une trajectoire parallèle à la ligne de perte, moins on risquera de franchir la ligne fatidique si on est long ! On constate sur mon sublime schéma (ci-contre) que même en étant long sur la trajectoire 1, on a moins de chance (enfin de malchance en l'occurrence), de sortir !
C'est pour cette raison qu'on peut affirmer que la meilleure trajectoire est la 1 avec un effet droite/gauche ! Elle permet d'arriver le plus parallèle possible  à la ligne de perte... Comme dirait un pitre d'agora : c'est mathématique !

MAIS !

Cette trajectoire a un défaut majeur (normal, après plus de 18 ans de métier) :  elle impose d'avoir une donnée plus proche de la ligne de perte ! Si on tombe un peu mal et/ou qu'on rate son effet, on accentue alors le risque de passer la ficelle...

Finalement...

Je n'ai pas trop fait avancer le schmilblick ! Je suis d'accord ! Mais... Si au moins je vous ai fait un peu réfléchir, c'est déjà pas mal pour un gars pas brillant comme moi !

@++
Sougil - Le chèque est mat

2.10.15

Pétanque Génération : Nouveau site !

Un très joli site qui démarre très bien !

Pétanque Génération

J'ai notamment beaucoup aimé la base de données (encore incomplète, mais déjà...), sur le choix des boules !




Paraît même que l'auteur veut parler de mon livre... Alors... C'est forcément quelqu'un qui a du goût ! :-D

@++
Sougil - Pets tant que j'ai ma ration

Livre "La trajectoire du vainqueur" - Les 15 premières pages !

La trajectoire du vainqueur - Les premières pages !
Retrouvez le sommaire et l'introduction du livre en cliquant sur l'image :

@++
Sougil - Un trop d'huitre