Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

27.3.15

L'histoire de mon championnat du Maine et Loire un peu plus à froid

Je vais donc avoir le droit de participer à mon troisième championnat de France... J'espère que je ferai bonne figure ! (Ce qui avec mon visage de rêve, devrait pouvoir être possible).

Pour la première fois de ma vie, je suis pleinement satisfait de mon concours ! Moi, qui suis perfectionniste, là, je me dis : j'ai été parfait ! En tous cas, mentalement !

Bien sûr, techniquement, on peut toujours faire mieux : j'ai perdu quelques boules au point et fais des trous... Mais jouer à 100% est impossible... Par contre, ce que j'ai fait mentalement, c'était vraiment parfait, même si épuisant (je suis en palier de décompression depuis dimanche !).

Le Samedi après-midi, je suis parti sous la pluie de Cholet... Ma Miss (qu'est-ce que je serais sans elle ?), m'avait donné un encouragement plein d'amour... Sur la route, le ciel s'est éclairci, et finalement, on n'aura pas vu une goutte d'eau du weekend ! Le championnat aurait été tout autre sinon...



Arrivé sur le terrain (stabilisé...), j'ai déjà expliqué l'histoire de mon ange gardien qui a trouvé ma licence...

J'avais une bonne poule : A la première, excellent joueur, très complet, qui m'avait battu à Poitiers en faisant le milieu... Je commence par 3 trous... Mais j'ai l'habitude ! C'est très souvent que je débute mal mes parties ! Puis, j'ai commencé à mieux tirer ! Je mène 10-7 (je crois) et il a le point par terre (embouchonné). Je suis à collé de la sienne de côté... Il joue à enfoncer la mienne, prend la sienne et me donne le point sur une boule à environ 30 derrière. Il tire à 2 à la sautée mais tombe court et frappe la sienne... 1 pour moi !

Mène suivante, je me retrouve à tirer à 10 pas une boule 60 derrière le but à 2... Je frappe plein fer et gagne la partie.

Deuxième partie : Adversaire qui a très bien commencé et même s'il a baissé un peu en milieu de partie, il aura été le seul qui a eu la gagne dans le weekend... Il tirait, souvent, un bon mètre devant et pointait très bien... Il a vraiment fallu que j'hausse mon niveau de jeu pour m'en sortir... A 10-10, je décide de jouer très court car, dans la descente, je pointais mal... Je fais beau point, il tire gagnant assez large, je gagne le point à l'écart, il tire encore gagnant... Je mets la dernière à 4m50 ! Il manque...

Je finirai sur un carreau la mène suivante...

En 1/32 je gagne facile à 5... Ca a été la seule partie un peu relax, même si c'est parce que j'ai bien joué...

La dernière du soir a été une superbe partie ! Excellent tireur qui m'a fait très mal ! J'ai un tir à la gagne que je frappe bien mais à cause d'un contre franc, je n'ai pas gagné... On se retrouve à 12-11, il décide de jouer court... J'ai frappé triple en finissant par un carreau...

Le lendemain matin, je joue très bien au départ, et mène 5-0... Puis il revient 5-5... Puis je reprends le large, puis il revient ! Puis, je gagne ! Une belle partie : il a fallu rester calme !

En 1/4 de finale je tombe contre le tenant du titre : Sébastien Porcher... J'avoue que je ne le connaissais pas... Super joueur ! Très beau style au tir et très efficace ! Il manque 2 tirs à 3 en début de partie, mais me domine... On est à 7-9 il a le point par terre et joue pour rajouter... Et... Il me donne le point en enfonçant ma boule devant à collé de la sienne...Mène suivante, je me retrouve à tirer à deux à 10 pas une boule capitale (il avait le point) - je frappe (en exprimant ma rage) et passe devant au score ! A partir de là, on a fait, mon adversaire et moi, un jeu superbe ! On ne perdait plus de boule, ça jouait vraiment très bien... Point par point j'ai grignoté et me suis retrouvé avec tir à la gagne... Je frappe mais, encore, contre franc ! Je n'ai fait que 12... Il avait 9... Il a sorti, durant les mènes suivantes, deux fois le but...et on s'est retrouvé à 12-12 !

Un bon 9 m., il pointe 10 devant le but. Je tire et je vois carreau en l'air... je la prends un peu haut, le but monte un peu (je crois), ma boule sort, la sienne reste juste devant la ficelle... Je pointe beau... Il tire mais perdant ! je conserve le point... Il pointe et se met "bâtard", 30 ou 40 derrière le but et dans un trou ! Sa boule est enfoncée de 2 cm et à 10 pas ! Le terrain est mastic... je n'ai pas le droit de tirer devant... Je tire quand même (je n'ai même pas pensé à pointer en fait) et fais un recul d'un mètre ! Eu égard à son importance, ça a été la plus belle partie de ma vie je pense... Mais pour faire une belle partie, il faut être deux et je rends hommage à mon adversaire qui s'est retrouvé avec des manqués-perdus qu'il a vraiment bien tiré.... Les deux arbitres m'ont dit qu'ils s'étaient régalé !

Je me suis retrouvé en 1/2... Le seul à ne pas rafler...

Les demi (contre Lebosse) et finale (contre Delorme) se sont déroulé de la même manière : mené (6-1 et 5-0) puis en changeant le jeu tactiquement et en jouant très bien, mes adversaires flanchant, dès que j'ai eu le but, je n'ai fait que marquer ensuite... Alors que je venais de faire carreau, je me suis retrouvé, encore, en finale d'un championnat départemental à tirer à la gagne... Et j'ai frappé !

Ce qu'il y a eu d'étonnant durant ce championnat, c'est que je n'ai jamais douté... Je me savais en forme et j'ai juste pensé à jouer... Ma concentration et mon relâchement étaient extrêmes... Bien sûr, il faut aussi le petit brin de réussite... Et je l'ai eu !

Voilà... C'était mon championnat tête à tête ! On va essayer de jouer aussi bien aux suivants !

Je suis, je l'avoue, très heureux et fier de ce que j'ai fait ! Et merci encore à ceux qui m'ont soutenu : Ma Miss, mon club... et les autres ! La saison commence à peine ! Tout peut se passer à la pétanque ! C'est pour ça que ce jeu est fabuleux...

@++
Sougil - Le grand boeuf

25.3.15

Je commence à cerner le règlement

A moins que ce ne soit l'inverse...

Photo de Gwen Robineau

@++
Sougil - Art bi... très !

23.3.15

L'importance de la tactique

Je reprends un de mes com' de Boulistenaute, d'un sujet créé par PatGoch, pour créer cet article... Car... Je trouve ce commentaire simplement excellent (et je suis très modeste !), et surtout fort juste... Tout le monde ne va pas sur Boulistenaute ! J'ai appliqué ces principes durant tout le weekend en plus : même si j'ai gagné au mental, j'ai parfois fait des choix tactiques qui ont été déterminants. En finale par exemple avec un choix de terrain, quand j'ai repris le but à 0-5, qui a été prépondérant... Si on relit les passages de mon livre sur "les jeux en pente" et "les données", la technique ET la tactique m'ont vraiment servis... Bref... Pour faire la différence il faut mêler et gérer intelligemment plusieurs aspects du jeu...

De mon point de vu (presque 1m80 quand même), tout part de le technique et tout se fini par le mental (C'est une de mes grandes phrases ! ), en passant par la tactique ET l'endurance (qu'il ne faut pas négliger non plus) !

La pétanque est un jeu de pourcentage avant tout ! Adopter la "bonne" tactique consistera à avoir un pourcentage de réussite le plus important possible tout en tentant d'amoindrir celui de l'adversaire...

Là où le ton plus que péremptoire de Janik est pénible et qui démontre qu'il ne connaît pas la pétanque comme les véritables pratiquants, c'est par l'idée qu'il se fait de la réussite possible. Pour lui, quelques soient les conditions de terrain, de jeu et de circonstances, un bon joueur devrait constamment être entre 90 et 100 %. C'est totalement illusoire et ça n'a rien de "pagnolesque" que de le penser...

La tactique est un peu plus complexe qu'il n'y parait (comme la pétanque en général, ce qui crée quelques frustrations), car dépendante de facteurs tant humains que d'environnement.

Les bases de la tactiques seront donc à adopter en fonction des circonstances : Il y a un écart important de réussite entre, par exemple, des jeux entre 6 et 8 m. dans du sable et des jeux entre 8 et 10m. dans le mastic ! Ca, Janik, par son manque de pratique (on se demande s'il a fait - je ne dis pas gagné - plus de 20 concours officiels dans sa vie), ne le prend pas en considération, pétri de certitudes qu'il est : entre un BTS qui a fait un apprentissage et un ingénieur théoricien, personnellement, j'écoute plutôt le BTS pour ses compétences et son expérience pratique ! Je lui conseille d'augmenter sa pratique, ça relativisera ses théories...

Par contre, il est évident que l'ingrédient tactique sera primordial seulement quand les forces en présences seront de niveau égal (ce qui ne signifie pas forcément "élevé") : Lorsque deux équipes "moyennes" s'affrontent, une peut prendre l'ascendant grâce à la tactique... Si, en revanche, on prend une très forte équipe et qu'on met une équipe moyenne en face, même avec la meilleure tactique du monde, je pense sincèrement que la moyenne perdra quasiment à chaque fois, sauf si, bien sûr, techniquement, la moyenne parvient à hausser son niveau et que la forte le rabaisse, par d'autres ingrédients que la tactique (le mental par exemple)...

Pourquoi sont-ce toujours les mêmes équipes au bout des nationaux ? Car, techniquement (avant tout), elles sont au dessus...

De plus... On peut avoir une ligne tactique directrice durant une partie, mais, on constate aussi que ça peut se jouer sur un coup (qui fait basculer) parfois ! Ca peut-être un coup tactique ou un coup d'audace (voire, les deux d'ailleurs)... Tout comme on peut constater une faiblesse chez l'adversaire et jouer sur celle-ci : On ne doit donc pas être figé à un principe de jeu, mais s'adapter...

Enfin, c'est un ensemble de facteurs qui fait gagner. La tactique en est un... Il est, je trouve, trop subjectif de généraliser qu'à elle seule, elle représente un pourcentage sur le gain d'une partie ! En tous cas, pour moi, elle arrive, quand même, derrière la technique et le mental.

@++
Sougil - Hier art cheese

En tête à tête avec un champion

Je vous ai parlé de la personne qui était venue "m'assister" tout au long du championnat de tête à tête Maine et Loire... Et bien il m'a écrit ce joli et sympathique texte... Il écrit très bien le bougre (le titre est de lui ! Je ne me considère aucunement comme un champion !) :

D’abord, j’ai encore versé une petite larme en te lisant …sic

Deux sios (en cequetuveux dans le texte), tu m’as demandé de t’envoyer un post sur cette rencontre. Donc je m’y colle avec bonheur.

C'est parti.. et puis . (1,2 et puis 3 : message caché)

Le métier de Guardian Angel (en français dans le texte) est éprouvant de nos jours. Il faut provoquer le hasard, modifié le cours de sa propre vie, se montrer puis se faire discret au contact du demandeur. Bref, c’est humainement éprouvant. Deux fois le même mot dans une phrase, ça devient fatiguant. (In cogitos).

Ah oui, vous ne saviez pas !
Les anges gardiens (en anglais dans le texte) existent vraiment. Ils sont au-dessus de vous dans la rubrique immortel (dans le immortel, tout est relatif, un humain commun, ce sont les personnes qui nous ont aimés et qui sont partis, pour moi, c’est ma première femme, ma grand-mère adorée, qui veillent en silence et font tomber devant moi des éléments de vie) et dans la rubrique mortel (voir le sketch de Fernand Raynaud, le sixième sens qui vous donnera une forme de réponse). Pour les vrais immortels et ils sont légions, ils vous construisent sans vous en rendre compte, ce sont tous les témoignages de l’humanité et qui sont laissés au vue de tous pour notre questionnement. (C’est grand, c’est beau re sic)

Merci à toi !

<En aparté> :
J’ai pu admirer ces boules magiques. (Un clin d’œil, à ta super matière révolutionnaire : la seule boule programmable connectée directement sur les synapses du bras droit avec liaison confluente sur la base de cervelet). Pour info, je n’ai pas touché pour ne pas les déprogrammer. J'ai juste regarder l'inscription magique, le code utilisateur qu'il faut incanter en modulant la voix selon le résultat demandé.

Ce lundi, j’ai la pêche, la banane, j’ai engrangé des fruits pour ma noble passion et je déborde d’enthousiasme. Tu m’as régalé et je me suis revu en 1976 à douze ans avec mon frérot (9 ans) et un autre collègue plus âgé faire sept ou huit parties dans la journée pour obtenir le titre du Maine et Loire. Comme tu l’as compris, j’ai vécu ou revécu dans cette expérience inoubliable, une victoire par procuration. Mais j’ai surtout suivi en live des belles parties à montrer dans les écoles de pétanque.

Voici un listing des points forts ou le sergent Sougil est en danger :

La dernière partie du samedi soir : Trois frappes sur la dernière mène pour accéder au 1/8. (Score 12/11 en début de mène).

Le quart de finale : Tir gagnant, manqué perdu à 9m50 et la boule est dans un trou (obligation de tirer droit et plein fer). Enorme.

La demie : Trois frappes à 9m50 (dont deux avec boules dans l’axe du cochonet à 1 m de la ligne de perte) pour retourner la situation. (Score début de mène 1/6).

Le reste a déjà été raconté dans le post précédent par le susnommé (oui c'es un seul mot) directeur de la rédaction.

Maintenant et pour finir, je vous suggère d’aller encourager ce champion dans le prochain épisode de votre feuilleton boulistique préféré : La guerre de Troyes aura bien lieu (Maurice Genevoitplusrien). Tous avec Sougil le 11 et 12 juillet de cette année avec comme signe de reconnaissance discret, une casquette bleu pour les fidèles du site qui peuvent assister au CDF sur place.

Pour les autres et je suis dans ce cas (Anniversaire de Madame oblige), mes pensées les plus bénéfiques pousseront peut-être un (des) autre (s) Blue Guardian Angel à prendre le relai.

Première Classe et arpète : Marfra

Et encore merci, pour ces moments privilégiés.

<< La dérision est une science exacte >>

<< Sois toi-même, c'est changer >>, un philosophe de la famille.

Franck

22.3.15

Vouloir... C'est pouvoir !


Tout d'abord, bravo à "mes" jeunes qui ont gagné toutes leurs parties aujourd'hui. Je suis très fier d'eux, tout comme doivent l'être leur ancien entraîneur, Yohann Robineau, ainsi que leur coach du jour : le Papi d'un des des petits : Jean-Louis !

Personnellement...

J'ai puisé dans des ressources psychologiques sorties de je ne sais où pour gagner le championnat individuel du Maine et Loire !


Quand c'est écrit... J'ai fait un jeu énorme ! Vraiment, je suis super content ! Merci à ceux qui m'ont supporté, physiquement ou sur le net !


Tout est parti du qualif : une partie que je dois perdre et que je gagne, et, une autre que je dois gagner et que je perds...

Finalement, je suis passé... Par la porte extérieure... Mais je suis passé quand même !


Puis il y a eu ce championnat, avec une très belle histoire, que je vais vous comté (comme ils disent dans le Jura) :

Ne sachant pas où se trouvait le terrain je me suis garé assez loin. Je faisais le trajet à pied, ma licence dans ma poche quand, une voiture m'a klaxonné en passant à côté de moi !
 - Monsieur ! Vous avez fait tombé quelque chose !

Me dît le conducteur en baissant sa vitre... C'était "juste" ma licence qui était au sol !

Le dit conducteur me regarde jouer ma première partie contre un très bon adversaire (qui m'avait battu à Poitiers). Je gagne à 5 en faisant une belle partie et un beau tir à la gagne ! (J'ai réussi durant deux jours tous mes tirs à la gagne... Et il y en a eu beaucoup ! Parfois, deux par partie même !).

Il me regarde, encore, gagner (très difficilement) ma deuxième partie... puis vient me voir en me disant : 


- Je suis venir pour te voir jouer !
- Moi ????
- Oui ! Ca fait deux ans que je te suis sur ton site et j'adore ta vision de la pétanque !
- Ah bon ! C'est donc toi !?(c'est ma réponse habituelle quand quelqu'un vient me voir en me disant qu'il apprécie mon site) - En vrai, je suis toujours intimidé quand je suis "confronté" à ce genre de situations (et ça m'est arrivé assez souvent en réalité)...

Du coup, on a discuté et sympathisé... J'avais à faire à un véritable gentil... De ces gens que je comprends parfaitement car on se ressemble !

La dernière du soir a été (encore) très difficile : 12-11 - J'ai fini par 3 tirs gagnants pour me qualifier pour le lendemain. Je discute avec "mon fan" - Comme il était mon porte bonheur du jour, il se devait d'être là demain !

Et il est revenu ! (60 km quand même !)...


Il m'a encouragé toute la journée. Il s'est occupé de moi le midi (faisant la queue pour manger une frite) car j'étais naze de la dernière du matin (quelle partie ! The partie !). Il a, lui aussi, versé une larme quand j'ai gagné... Bref... J'ai rencontré quelqu'un de bien !...


Et j'ai gagné... Autant pour lui, pour mon club, que pour moi...

Merci à toi ! Je sais que tu liras ces mots... C'est aussi la victoire de mon ange gardien !

@++
Sougil - Marc Lévy

19.3.15

La confiance en soi et en autrui


Personnellement, je pense être plutôt psychologue (qualité ?), sensible (défaut ?) et volontaire (c'est mon caractère)...

Pour être bien dans mon activité (quelle qu'elle soit), je dois ressentir de la confiance (par contre je n'apprécie pas particulièrement la reconnaissance et encore moins la flagornerie)...

La confiance en moi, je l'ai, car je me connais : si je sais faire, si j'ai la compétence, je ne doute pas ! Par contre, si je ne sais pas faire, je le dis car je suis honnête avant tout.


Acquérir la confiance d'autrui est déjà beaucoup plus compliqué ! Et si on me dit une fois qu'on n'a pas confiance en moi, ou pire, si on le fait insidieusement, j'aurais aussitôt tendance à me braquer ! Et là... Faut plus attendre grand chose de moi !

C'est comme ça les gens entiers !

@++
Sougil - L'est en tiers

11.3.15

Y-a-t-il une bonne manière d'organiser un championnat de pétanque qualificatif ?

Tout d'abord, qu'est-ce qu'on appelle un "qualificatif" ?

Bien souvent (en tous cas à ma connaissance) un département ne peut pas se permettre d'organiser un championnat avec tous les joueurs licenciés d'un seul coup : ça ferait trop de monde (Sauf en triplette) ! Le département est donc divisé en plusieurs secteurs, ou districts, dans lesquels sont organisés des pré-championnats qui permettront de qualifier un certain nombre d'équipes, au prorata du nombre de licenciés par secteurs (plus un secteur a de joueurs, plus il en qualifiera)...

Premier cas : Imaginons un secteur de 200 équipes qui doit en qualifier 43 !

Dans ce cas, on fait 50 poules, puis 14 parties et des blancs (72 en l’occurrence) à la sortie des poules pour retomber sur un tableau à 86 équipes qui disputeront une partie de qualification...

Pour moi, c'est la logique évidente ! Même si un système de repêchage est pas mal dans l'absolu (on peut manquer une partie ou tomber dur), sportivement, ce n'est pas terrible je trouve...

Deuxième cas : Imaginons que les secteurs n'auraient pas le nombre suffisants d'inscrits (obligation de repêcher des perdants des poules)...
Dans ce cas, deux solutions :
1/ Il n'y a peut-être pas d'utilité à faire un qualificatif !
2/ Réduire le nombre total de qualifiés (de 128, le passer à 64, pas 96 pour éviter les blancs aux championnats)

Pour moi toujours... C'est encore extrêmement logique !

Maintenant, comme je n'ai pas la science infuse, je sais que les comités (qui font d'ailleurs du mieux qu'ils peuvent) sont dans l'obligation d'utiliser le logiciel de la fédération et, s'il y a une critique à apporter, c'est sur ce logiciel, qui, m'a-t-on dit, ne sait pas gérer les qualificatifs ! Un comble ! Il ne saurait pas gérer mon premier cas... Par contre, toujours me semble-t-il, il saurait gérer les blancs mais, uniquement pour la partie de qualification ! (On peut se qualifier sur un blanc) - Par défaut, je préfère nettement cette solution même si les grincheux paranoïaques qui ne tirent pas le fameux blanc en font un scandale... Qu'on tire un blanc avant ou après ne change strictement rien sportivement parlant...

Parce que dans le Maine et Loire, en triplette... Tu peux perdre les deux parties de poules du qualif et... être qualifié quand même ! C'est très fort !

Merci à Daniel Guilbault (membre du comité) pour la sympathique et enrichissante conversation que nous avons eu à ce sujet ! La cordialité ne nuit jamais...

A mon niveau, j'essaye juste de faire un peu avancer la pétanque du mieux que je peux ! Je ne suis pas là pour critiquer gratuitement ou jouer le mécontent... Par contre... Quand je constate des "règlements" qui ne me semblent pas les plus adaptés, j'ai la franchise de m'exprimer sur le sujet... Après, on tient compte ou pas de mes remarques... Dans tous les cas, personnellement ça ne m'empêchera pas de dormir et si on ne me comprend pas, ben... Ce n'est pas très grave non plus !

@++
Sougil - Cas lifté

10.3.15

TVA à 20 pourcent sur les livres électroniques

Cette nouvelle tant culturelle qu'économique (les deux étant liés) m'a paru plutôt...

...

(Suspens insoutenable)

...

Bonne !

Personnellement, je ne suis pas concerné, ni en tant que "créateur", ni en tant que "consommateur", car, pour moi, un livre doit avoir une couverture et des pages. Je meconnais donc parfaitement les publications sur tablettes !

Par exemple... Je commence à écrire ce texte au restau avec... Nicolas Bedos ! En effet, je lis, en ce moment "la tête ailleurs" et je le conseille : ce fils à papa a au moins autant de talent que son père, voire, plus !

"A Cannes, même la mer a l'air provisoire" est une des "répliques" que je viens de lire... Et je l'ai savouré autant que la pizza qui m'était servie.

Manque de bol... la pizza voulait lire aussi ! Tâche sur la plage de Cannes... Serviette en papier... rouge sur la page 246...

Et voila comment vit un livre !

Car, pour moi, un livre est et doit rester un objet avec un vie et une histoire.

Un livre, ça se prête ou se donne.

Un livre, ça se dédicace.

Un livre peut être un "beau livre", d'art, de sport ou de tout autre sujet.

Un livre peut se souligner.

Bref... Un livre est un véritable objet qui se respecte... Ca n'a rien de futile ou d'éphémère.

@++
Sougil - Délivré

8.3.15

Trophée des villes 2009 5h20 de parties !


Des blancs perdants ? Si ! Il y en a !

C'est comme la pub pour les voitures la pétanque !

On connaît tous les "gagnants d'offices", autrement appelés "blancs"...

Dans le Maine et Loire il existe les "perdants d'offices" !!!

Tu tires et si tu as le blanc... tu perds !

J'ai trouvé ça vraiment rigolo !

Et comme cette journée ne pouvait ressembler à aucune autre : je me suis retrouvé à 12-12 manqué perdu frappé gagné... J'ai manqué ! Mais j'ai gagné quand même !

Bref, hier j'ai pris 20 ans de plus à cause des boules !!!

@++
 Sougil - Vers errant