Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

27.2.15

Les championnats commençant bien trop tôt...

Reprise des "gammes", devant 1 spectateur !


@++
Sougil - Poli gamme

26.2.15

Trouver le bon desaxage

Sur Facebook dernièrement, deux charmantes féminines (mon charme ayant encore frappé) ont entamé une conversation sur mon mur...

Plusieurs bonnes questions ont été posées et notamment celle-ci :
 - Pourquoi les féminines tirent moins bien (surtout long) et envoient moins les boules : est-ce juste une question de force ?

Comme cette question peut intéresser pas mal de monde (et pas que des féminines), voici ce que je pense (ça interessera déjà moins de monde !) sur le sujet :

Daisy Frigara et Alice Brandi
Les femmes ne représentent que 14 % des licenciés... Si, en plus, on estime que pour la plupart, elles ne prennent une licence que pour faire le championnat mixte avec leur conjoint et/ou les championnats féminins, je pense que les joueuses régulières sont encore moins que ce pourcentage ! A mon avis, on a là la cause principale de la différence de niveau entre hommes et femmes : moins on a de représentants, moins on aura de top niveau - C'est logique et mathématique ! Cela dit, il y a quelques femmes qui ont largement le niveau des meilleurs masculins : ce n'est qu'une question de technique ! En Vendée, département que je connais bien, beaucoup de féminines sont excellentes et plus redoutables que beaucoup de masculins par exemple ! Si j'élargis au grand ouest on a une top joueuse qui s'appelle Daisy Frigara ! Une toute petite demoiselle avec un très grand talent et une technique impeccable !

Le défaut majeur de ces dames part de la prise de boules (et donc de l'envoi) ! Énormément ont une prise dite "araignée"... La faute à une mauvaise initiation, voir à une formation avec de trop grosses boules (malheureusement, tant que le règlement des boules jeunes ne changera pas, on risque de reproduire ce défaut majeur avec les enfants : il leur est impossible d'avoir une bonne prise de boule à cause du trop gros diamètre !).

Mes amiEs Facebook m'ont demandé pourquoi, de tirer à plus de 8 m. était si difficile. Tout d'abord, qu'elles se rassurent : c'est plus difficile pour tout le monde ! Ceci étant dit, je propose une technique d'entraînement qui permettra de s'exercer à trouver le bon désaxe et de tirer sans forcer.

J'ai déjà parlé du transfert du poids du corps (en lien dans l'article joint) et je pense qu'autant pour être droit que pour trouver la distance (et trouver le bon équilibre), il peut-être bon de travailler l'appui. Une solution simple consistant déjà à ne tirer que... sur un seul pied ! (Le droitier lèvera le pied gauche). Ainsi, vous serez contraint de trouver l'appui sur le pied du bras lanceur et donc de naturellement vous désaxer vers celui-ci, mais aussi, de vous équilibrer avec le bras gauche (qui a donc un rôle important), voire, de vous pencher légèrement vers l'avant. Une fois que vous êtes à l'aise à tirer sur un seul pied, reprenez votre posture habituelle en appuyant plus sur votre fameux petit peton (le droit pour le droitier... vous pouvez aussi jouer sur le transfert du poids du corps) ! Ajustez votre posture pour retrouver les sensations de l'exercice : vous devriez gagner en souplesse, en rotation d'épaule, en flexion, en équilibre (rôle du bras non lanceur)...

Bref... Bien jouer à la pétanque n'est pas du tout une question de force, mais de technique ! Aucune raison qu'une femme soit moins bonne qu'un homme, n'en déplaisent à certains machos qui ne supportent pas de perdre contre la gente féminine, uniquement car ils sont moins "forts" !

@++
Sougil - Fait mine triste

20.2.15

CAEB - Mon club...


Que je dois nommer et renommer... Non par obligation, mais par enthousiasme !

Pour plusieurs raisons :


- L'accueil en 2014 : vraiment, il a été à la fois simple, sympathique, cordial et chaleureux ! Merci !
- Pour la simplicité : tout est à la fois clair et limpide... Pas de polémiques, pas de médisances, pas de problèmes... On accepte les gens et les règles comme ils sont ! En ce qui me concerne (je suis timide et discret... malgré certaines mauvaises apparences), on a très vite compris qui j'étais.
- Pour la mise en avant des licenciés : même si en ce qui me concerne, je n'expose pas mes résultats, en interne, tous les résultats sont mentionnés ! Ca crée une certaine dynamique, c'est donc une bonne chose je pense...
- L'état d'esprit : pas de rivalité ou de jalousie ! Chacun fait de son mieux et tout le monde joue avec tout le monde ! Étonnement, je ne vois pas de "clans" dans ce club comme il peut y avoir, si souvent, dans d'autres... En fait, je conçois la pétanque que comme ça (même inter-club).
- La communication : Quel dynamisme ! Du site http://www.caebpetanquecholet.net/ à l'activité "tout court", vraiment, une énorme (et excellente) communication encore démontrée au National de ce weekend.

Comme tout part des hommes...

Cet état d'esprit est dû à eux et à leur passion. Un grand bravo à leur travail, qu'ils soient sur place ou un peu plus loin maintenant...

Ceci n'est pas un hommage, mais un témoignage...

@++
Sougil - Culture club


Trophée des villes 2006... En intégralité ! (ou presque)



15.2.15

Pas banal...


Jouer deux fois contre des champions du monde durant le weekend, ce n'est pas fréquent... Il n'y a qu'à la pétanque que c'est possible !

Le samedi, on a perdu à 10 (on menait 8-0) contre Grandet dans le carré d'honneur plein comme un oeuf (normal pour une partie de poule) et le dimanche on se fait sortir 13-1 (on menait 1-0 :-)) contre Fazzino...

Résultat... peu de parties mais extrêmement fatigué quand même (ce qui m'a fait mal jouer le dimanche)...

Des regrets sur le samedi, car il y avait largement la place !

Et de la déception le dimanche pour ne pas avoir bien joué...

Mais, on va garder le positif ; on a passé un très beau weekend entre amis et certaines personnes (inconnues) sont venues me voir juste "comme ça" pour me remercier ou même me féliciter de ce que je fais... Ben... Merci quoi...

Finalement, je suis rentré de bonne heure et... j'ai dormi ! Et le plus important je pense aujourd'hui... Je crois avoir fait plaisir à Solange...

@++
Sougil - Nid volé

11.2.15

Il mériterait... Il mériterait... Il mériterait... D'être dans le journal !

Ce que s'est dit mon affreux président, Gwen Robineau...

Alors... Dans le Courrier de l'ouest , M. Laurent ZARINI, très sympathique interviewer, m'a tiré le portrait... Avec annonce à la une et article page 5 !

Merci donc à eux deux, pour cet article !


@++
Sougil - A l'ouest

10.2.15

C'est facile la pétanque !



8.2.15

En préparation de la nouvelle saison !

Et donc... en phase de programmation des ATQQ-69 !


@++
Sougil - Image de marque

Questions et réponses

A part vous faire plaisir, en 2015, vous espérez :



Gagner au moins un concours départemental
  18 (30%)
Gagner au moins un national
  5 (8%)
Gagner au moins un championnat
  16 (26%)
Gagner au moins un championnat de France
  1 (1%)
Monter une division en championnat des clubs
  6 (10%)
Acheter "La trajectoire du vainqueur"
  10 (16%)
Rien... Car les boules ne vous apporte rien !
  4 (6%)

Nombre de votes jusqu'à présent : 60
Sondage terminé 

Sondage terminé ! Bon, 16 % ambitionnent juste d'acheter mon livre ! Il y a vraiment des désespérés de l’existence ! :-D

Sinon... Je n'ai pas donné la réponse à cette devinette !



Les deux cas où il est impossible d'annuler une boule sont :
1/ En terrain libre : Autant le but invisible ou à plus de 20 m. est nul, autant les boules non ! Un arbre au milieu du terrain, et hop ! Vous planquez votre boule derrière !
2/ Si une boule marquée est arrêtée ! Autant, au choix de l'adversaire, on peut, dans ce cas, annuler le but (arrêté), autant, pour une boule, on devra, en suivant le règlement, obligatoirement la conserver dans le cadre !




Autres devinettes (de logique) proposées par Raymond à présent :

1/ Deux équipes commencent un concours à l'heure, et donc à 0-0. Quel est le nombre MINIMUM que devra jouer UNE équipe pour gagner la partie ?
2/ Inversement maintenant... S'il n'y a aucune mène nulle, quel est le nombre MAXIMUM de boules jouées par les DEUX équipes avant d'atteindre 13 ?

A vos neurones ! Et réfléchissez bien avant de répondre ! Vous n'avez droit qu'à une seule proposition !

@++
Sougil - De villes nettes

1.2.15

La difficulté de l'initiateur

Il y a plusieurs problématiques pour un initiateur :

  1. En premier lieu, la plus grande difficulté : avoir des élèves ! Même si, je pense qu'il y a plus d'avenir, d'ambition sportive et de plaisir à prendre que dans le foot, le basket, ou autre, la pétanque ne sera que très rarement le sport N°1 d'un enfant... Si vous avez des idées pour faire venir les enfants dans les écoles de pétanque, je suis preneur !
  2. Avoir de la pédagogie. Connaître les bonnes bases techniques, le jeu, ses caractéristiques, sa tactique et les qualités mentales requises est un premier impératif. Savoir les enseigner avec un esprit ludique, sportif, clair et motivant est une difficulté réelle. Sans pour autant être un "grand" joueur (même si montrer pour démontrer est quand même plus simple), la parole peut largement suffire pour bien enseigner.
  3. Éduquer : Un cours doit se passer dans la bonne humeur, mais, évidemment, dans un cadre autoritaire et sportif bien précis. Cet élément est nécessaire, ne serait-ce que pour la sécurité.
  4. Avoir de l'ambition et partager cette ambition aux élèves. Même si l'essentiel est le plaisir de jouer, les enfants, on le voit dès qu'on fait une partie, sont des compétiteurs. Il est donc souhaitable, si on a de quoi monter des équipes, d'avoir un projet sportif... Mais donc aussi, de la disponibilité pour les compétitions (en ce qui me concerne, c'est d'ailleurs là où j'ai le plus gros soucis...).
En outre, il faut aussi faire preuve d'imagination afin de monter des ateliers qui soient ludiques et intéressants pédagogiquement. Ces ateliers devront être pensés pour compenser un défaut particulier ou pour travailler un point technique précis... Ces ateliers devront être assez courts (en temps), pour ne pas lasser et bien sûr, il faut faire des parties ! C'est ce que préfèrent les élèves !

@++
Sougil - Abreuvé de thé