Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

31.7.14

Les portes mentales

(Je profite un peu de mes clichés de l'Europétanque !)
Ca ne me dérange aucunement de le dire... J'aime la pétanque, et donc, à l'orée d'une compétition, d'un championnat, d'un national... Je stresse !

Ça a été un sujet de discussion avec Ghali, mais aussi Alexis, sportif de compétition également... Et je disais, très franchement ressentir du  stress avant, pendant et même... après un concours ! Je trouve ça totalement normal d'ailleurs ! On est soumis à une opposition, avec obligation de résultat, dans un domaine, qui plus est, qu'on aime et pour lequel on s'entraîne.

Celui qui dit aimer la petanque mais qui dit aussi ne pas stresser est un menteur ! Ni plus ni moins !

On doit, en compétition, ouvrir les portes mentales, celles qui font barage, se promener dans le flot et le flou de ses sentiments pour découvrir le nirvana du bien être total... Celui qui permet de jouer totalement libéré. On y parvient ou pas, mais c'est aussi un exercice qui se travaille. Pourquoi y-a-t il des bons joueurs qui pratiquent depuis des années et qui, pourtant, n'ont jamais atteint leur but ? La dimension mentale est prépondérante ! Ce sont, souvent, les mêmes qui disent ressentir aucun stress ! Bon... En fait... Ce sont surtout des grands frustrés !

Plus on joue, plus ces portes s'ouvrent, d'où, en ce qui me concerne en tous cas, la nécessité de beaucoup pratiquer... Et en compétition  c'est mieux ! Car la pratique, et les résultats donnent les clés de  la confiance.

Souvent je débute mal mes concours ou mes parties... Car, et je l'avoue bien humblement, les portes ne se sont pas ouvertes avant de débuter.

Si les Quintais et consorts gagnent si souvent, c'est certes parce qu'ils sont très forts, mais je crois surtout qu'ils stressent en sachant le gèrer. Ils ont une telle expérience des grands événements qu'il savent très vite ouvrir leurs portes et atteindre le bon état. Plus cette expérience s'accroît, plus ils sont forts. Car leur passion et leur envie, elles, elles sont toujours aussi présentes ! C'est d'ailleurs ce qu'il y a de plus remarquable chez eux ! Alors que, chez Dylan Rocher on se demande si il n'y a pas un peu de lassitude parfois... Et pourtant... Moins, voir pas, de stress...?

Bien sûr... Je ne fais que supputer !

Ah... Si les grands joueurs osaient aborder de tels sujets...

@++
Sougil - Des tresses

Aucun commentaire: