Avertissement Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

20.6.16

Masters Pétanque 2016 - Etape 1 - Béziers





17.6.16

Carte de France des concours qualificatifs aux masters


14.6.16

Championnat doublette d'Allemagne

Envoyé par Daniel... La demie et la finale !
Belle partie des Blancs en 1/2... Mais il y aurait à dire sur leur finale par contre !





@++
Sougil - Germe à nique

13.6.16

Le second degré

Il est amusant de constater, notamment sur internet, comment certaines personnes ne voient pas, ni l'humour, ni le second degré... Ni les deux en fait... Puisqu'on peut considérer que le second degré est une forme d'humour !

Commençons par définir le second degré par l'exemple (on est dans un monde d'inculture) :
Si, moi, j'affirme :
- Je suis le meilleur joueur de pétanque du monde !

C'est du second degré !

Si Henri Lacroix affirme :
- Je suis le meilleur joueur de pétanque du monde !

C'est du premier degré !


Comprenez vous la nuance ? En gros... Ou en svelte, si vous préférez : le second degré consiste à dire l'inverse de ce qu'on pense, ou tout du moins, à insinuer une idée soit fausse, soit qu'on ne pense pas... Juste pour faire réagir !

Réagir comment ?

En faisant sourire (tout du moins c'est le but) celui qui a compris le second degré, ou en faisant s'offusquer celui qui ne l'a pas compris (malheureusement pour lui) !

C'est pourtant simple, non ?

Alors... Lorsque vous voyez un écrit (ou autre chose... comme certaines photos par exemple) de ma part, demandez-vous toujours si c'est du premier ou du second degré ! Car... Souvent je suis au second degré, et en affirmant cela, je suis au premier !

Bon... Sinon... Je ne suis pas du tout content, parce que j'ai perdu ce weekend en 1/2 du National de La Baule contre un ancien champion du monde... Alors je suis de fort mauvaise humeur ! Ne me cherchez pas !

@++
Sougil - Terme au maître

6.6.16

Les aventures de Leïla... Ca continue !


Salut Gilles ! Et oui, cela fait longtemps même très longtemps que je n’ai pas raconté mes histoires ! Quasi une année ! À quelques jours près !


Ma création ! Ma créature, Fanny Façon Leïla, reflète mon état d’esprit durant ces presque 12 mois de silence ou peu de bruit !
Fanny ! Zéro pointé !
Zéro pointé sur toutes les horreurs que nous avons vécu depuis janvier ! Je pourrais dire « depuis plus de temps que ça » ! Et plus encore ! Je pourrais dire, comme je le dis souvent « À un moment donné, la date de commencement, nous ne la connaissons plus, tellement ça dure ! Et quand ça dure, nous ne savons pas quand cela s’arrêtera » ! En conclusion : La mémoire est sélective pour que reste les moments de bien être ! Au final, c’est ce bien être qui fait grandir ! Bref ! C’est mon point de vue et de fonctionnement ! Sinon, je serais toujours dans le conflit ou la colère ! Et cela rendrait victorieux les parasites !

Ceci étant dit !

La pétanque c’est aussi Fanny zéro pointé ! Comment puis-je améliorer mes mauvais gestes en les modifiant en mouvements positifs ! Et bien en m’entraînant, c’est sûr ! Alors, que l’on m’explique cette phrase ! Car, c’est plus facile à dire qu’à faire !
1er Exemple : Je dois choisir entre une séance d’entrainement et une séance de kinésithérapeute ! Que dois-je choisir à votre avis !
2ème Exemple : Je dois choisir entre une semaine d’entrainement et une semaine d’hospitalisation, en sachant que pour ce point, je n’ai pas le choix ! Que dois-je choisir à votre avis !

Non ! Ce n’est pas la peine de dire « Oh ! La pauvre ! » Ou autre chose d’ailleurs ! Si plus haut, je dis cela me fait grandir, ces situations me font plus que grandir ! Elles me font prendre de la distance et rendent mes mouvements positifs ! C’est à dire, puisqu’à défaut, j’ai du temps ! Je m’entraîne autrement ! En lisant et relisant les ouvrages de pétanque ! En préparant et en réussissant le BF1 ! En participant en tant qu’éducatrice aux séances d’une école de pétanque (pas souvent !). En créant une Commission Handicap & Médiation dans le Comité Département de mon lieu de licence ! En m’entraînant (entre les effets indésirables du traitement) dans mon couloir long de 9 mètres avec des boules d’intérieurs !...
Cela donne, à l’entrainement (quand je peux) un résultat mitigé mais pas négligeable ! En compétition, un certain parcours mais pas encore abouti !

Voilà ! La vie est belle et je ne m’ennuis pas ! Au passage de ces quelques mots « Bien l’bonjour aux P’tites et P’tits Laits ! »

Merci à ma Mère qui m’a donné une belle leçon de VIE !

5.6.16

Look Beyond Borders - 4 minutes experiment

Quand on parle du problème des réfugiés, nous utilisons le langage déshumanisé, ce qui réduit la tragédie humaine à des nombres et des statistiques. Mais cette souffrance concerne de vraies personnes, qui - tout comme nous - ont des familles, proches, amis, leurs propres histoires, des rêves, des buts ... Seulement quand vous vous asseyez en face d'une personne spécifique et que vous la regardez dans les yeux, vous ne voyez plus un réfugié anonyme, un des migrants, et remarquez l'humain devant vous, tout comme vous - aimant , connaissant la souffrance, le rêve...

il y a 20 ans, le psychologue Arthur Aron a découvert que 4 minutes à regarder dans les yeux des uns et des autres peuvent rapprocher les gens. Grâce à cette découverte, nous avons décidé de procéder à une simple expérience, au cours de laquelle les réfugiés et les Européens se sont assis en face de l'autre et se sont regardé dans les yeux... De toute évidence, il est plus important de se donner mutuellement de temps pour mieux comprendre et se connaître les uns les autres.

L'expérience a été menée à Berlin: la ville, qui - tout d'abord - est un symbole pour surmonter les divisions, et d'autre part, semble être le centre de l'Europe contemporaine. Nous voulions que le film, créé sur la base de l'expérience, soit aussi symbolique que possible - et aborder les divisions générales entre les gens.

Les participants à l'expérience étaient des gens ordinaires. Les situations ne sont pas mis en scène; nous voulions obtenir, des réactions spontanées naturelles. Les gens assis en face des uns et des autres ne se connaissaient pas et ne s'étaient  jamais vu auparavant. Les réfugiés, sont, pour la plupart venus de Syrie et ne vient pas en Europe depuis plus d'un an...