Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

2.7.13

Whooooo Manu... Tu descends ?

Avant propos : J’ai proposé cet article à Boulistenaute car j’ai trouvé qu’il collait parfaitement avec la retransmission TV de Sport+ et donc de l’actualité. Ils ont pensé que c'était trop sujet à discussions et qu'il valait mieux le mettre dans forum ! Vu l'activité du forum, je me suis dit qu'il avait tout autant sa place à la maison ! Ce texte rassemble en fait 3 articles issus de mon site (Et livre) et a pour but unique d’être didactique... Comme toujours ! Si Manu Lucien passe par là, je serais ravi qu'on discute sur le sujet !



Pour ceux qui ont pu suivre la finale du championnat de France sur Sport+, vous aurez, peut-être, été assez étonné des commentaires assez techniques (voir sévères) de Maryan Barthélémy à l’encontre de Manu Lucien, concernant sa position dans le rond et de son envoi…

Et bien moi, j’ai trouvé ces remarques très à propos !

Evidemment,  on peut évoquer la pression que devait avoir le pointeur des deux monstres pour expliquer les difficultés à sortir correctement les boules et donner le « mauvais » effet. Par contre, bien se positionner dans le rond, je veux dire au bon endroit (on n’évoque pas là la gestuelle), est, de mon point de vue du béaba de technique de pointeur !

En effet, le terrain avait une pente latérale… Et dans ce genre de terrain roulant et pentu, on peut essayer de se positionner du bon côté du cercle, car oui… Il y en a un !

Je constate que ce défaut est extrêmement classique, la preuve, même un finaliste du championnat de France peut l’avoir ! Lorsque le point est en pente « de côté », les joueurs ont tendance à ne pas compenser suffisamment le dénivelé et sont donc trop bas. Hors, il vaut toujours mieux être plus haut que plus bas ! La boule sera plus dans le jeu et ne pourra pas servir d'appui... (Durant cette finale, dans la descente, Marco Foyot a également eu parfois le défaut de jouer trop long deux fois… Dans une descente roulante, mieux vaut être 1m50 court que 50 derrière ! Mais c’est un autre débat… Cela dit… C’est peut-être ça qui lui a fait perdre la partie !).

En jouant à la provençale, sur les longues distances et grâce au pas, on se rend beaucoup mieux compte du problème de gérer les pentes latérales !


Question : Si on a une pente de gauche à droite, vaut-il mieux se décaler vers la gauche ou vers la droite ?


Si on se décale sur la gauche, on prendra la pente avec moins d'angle de montée... La boule descendra donc plus !
En se décalant à droite, on amoindrira la pente latérale au profit de la pente montée... La boule sera plus facile à doser (il est toujours plus facile de pointer en montée qu'en descente) et sa trajectoire sera plus rectiligne...
Il vaut donc toujours mieux se positionner vers le bas de la pente, donc dans l'exemple, sur la droite !
               
A pétanque (Vi… Je cause comme Pierre Fieux maintenant !), c'est pareil, mais sur des distance plus courtes.

De plus, jouer avec effet peut aussi vous aider à compenser la fameuse pente ! (On parle de jeu de gaucher ou de droitier...). Dans mon exemple précédent on donnera un effet Droite/Gauche (C’est un jeu de droitier !). Par contre… Défaut classique encore : Beaucoup sont trop bas en comptant sur leur coup de main ! En plus de la distance de roulé, Il faut penser que la boule frappe sur un sol incliné et que l’effet en sera donc atténué !

Regardez sur les jeux en pentes latérales comme 80% (voir plus parfois !) des boules sont trop basses… Alors même qu’une boule en haut a toujours plus de valeur ! Et si vous ne me croyez pas, allez dans le carré de Millau ! Vous verrez !

Maîtriser le bon décalage dans le rond et le jeu avec effet vous permettra aussi d’éviter les boules devant et dans le jeu. Des joueurs, pourtant très corrects, sont parfois obnubilés par la boule adverse qui se trouve en plein jeu, même si elle est très courte ! J'ai presque envie de dire : C'est normal, si elle est dans le jeu qu'on ne voit qu'elle... Mais, c'est pourtant rudement mal joué de la toucher. Ce qui arrive pourtant parfois (souvent !?)...


J'estime que le rond est assez grand pour bien l'utiliser !
Dans les exemples ci-dessous un joueur droitier désire passer à droite de la boule adverse qui est dans le jeu.
Figure 1 : Il se décale à droite du rond et s'ouvre le passage.
Figure 2 : Il se décale à gauche du rond, se ferme le jeu et rencontre la boule adverse.



Evidemment, on doit se décaler du même côté du rond que du côté duquel on désire passer ! Dans, l'exemple (et en français...) : Pour passer à droite, on se décale à droite !

Sur ce genre de points il y a deux défauts (Encore !) classiques :
 - On veut faire le point trop beau et passer « au fil » de la boule adverse. Et là... Bing ! On la rencontre.
 - On a tendance, naturellement, à forcer ! On va donc être trop long.

Ce qui compte à ce jeu c'est avant tout de faire jouer l'adversaire. En l’occurrence, du moment que vous gagnez le point, vous aurez bien joué !

Et souvent, la zone pour gagner le point est grande ! Et même... Plus la boule adverse est courte, plus la zone est grande. Prenez donc une bonne marge de sécurité pour passer à côté de la boule gênante.

Ayez en tête qu'on a souvent tendance à jouer trop fort dans ce cas de figure ! Pensez à bien doser !

Enfin... La technique peut allégrement vous servir dans ce genre de coups :
 - C'est le moment d'essayer de mettre un « coup de main » ! A savoir, donner un effet à la boule vous permettant de largement l'éviter, tout en faisant un point correct...
 - Si vous savez porter, c'est le moment également ! Plus vous portez loin plus vous assurez votre coup.
Les deux combinés (c'est ce qu'il y a de plus difficile), c'est parfait ! Mais attention de porter assez loin pour assurer suffisamment votre coup :

La trajectoire bleue passe plus loin de la boule adverse !

L’un des meilleurs pointeur du monde (Avis subjectif) à l'oeuvre :


On pensera à se décaler (Du bon côté) dans toutes les phases de jeu : Pour jouer une boule (Aligner la boule à jouer avec le but), pour pointer (Eviter une boule adverse, chercher une donnée) mais aussi pour tirer (Réduire le risque de contre, éviter une boules à la sautée) et évidemment… Dans une pente latérale !

@++

Sougil - Des valeurs

3 commentaires:

Bouille a dit…

Bonjour,
je n'ai pas vu la retransmission mais j'ai cru comprendre que le pointeur de l'équipe gagnante a vécu quelques moments difficiles. Je dirais : qui n'en a pas connu ? et pour diverses raisons (fatigue, stress, manque de technique adaptée, problèmes perso...).
Après les raisons pour lesquelles on applique pas les solutions, ben ...je sais pas pourquoi. Par contre, ce que je sais, c'est que ce joueur n'a certainement pas toujours été mauvais au cours de la compétition, j'en veux pour preuve le résultat. On ne gagne pas un triplette à deux...
Pour ta partie technique, bon ben je suis encore d'accord avec toi et c'est "un pointeur pure souche" qui te le dit !!!

Laurent a dit…

Salut,

Un des cas intéressants je pense et dont Gilles pourrait nous parler est le suivant :
- pente transversale gauche/droite (comme sur son dessin),
- mais l'on souhaite éviter la boule en passant par la gauche,

On se place de quel côté du rond, à gauche pour éviter plus facilement la boule ou à droite pour minimiser la pente....?

Sousou a dit…

@Bouille : Bien sur que Manu Lucien n'a pas mal joué ! Même au cours de la finale d'ailleurs... Certes le stress l'a fait mal joué par moment, mais il a très bien fini aussi...

@Laurent : Ca dépendra de la pente, de la boule et du coup de main qu'on mettra ! Mais si on a décidé de jouer à gauche de la boule il vaudrait mieux se positionner à gauche du rond et jouer encore plus haut...

@++
Sougil - Sans triste