Avertissement : Ce site est personnel, indépendant et n'a aucun lien avec une fédération quelconque. L'auteur n'hésite pas à être dans l'humour, qu'il soit grivois ou potache. Avant de faire un "rapport" quelconque, l'auteur avertit que vous n'êtes nullement obligé de consulter ou même d'apprécier ce site et décline toute responsabilité en cas de propos ou image qui pourraient être dérangeants ou même choquants.
Un Homme sans Humour est un pauvre sans rêve.

23.11.14

La Ciotat

J’ai joué à la pétanque à Brighton dans le sud-est de l’Angleterre pendant une quinzaine d’années avant de m’installer à La Ciotat, « Berceau de la pétanque ».

Je me suis toujours considéré comme un bon amateur et non comme un bon joueur, et malgré ça, j’ai gagné quelques divers championnats dans mon ancien club. J’étais membre de l’équipe régionale et j’ai participé au concours « Champions de Champions » en Angleterre (un concours national où s’affrontent les meilleures équipes de chaque région).

Les gens d’ici, (La Ciotat) me disent que l’âge d’or de la pétanque s’est étalé jusqu'à la fin des années 80, avant la fermeture des chantiers navals. A cette époque, les concours dans les petits clubs régionaux attiraient régulièrement plus de 80 équipes de joueurs de haut niveau.
Hélas les chantiers sont fermés depuis longtemps, le monde évolue et même ici le nombre de joueurs est en déclin.

J’ai de suite été confronté à un niveau de jeu plus élevé que celui auquel j’étais accoutumé. On peut dire que le niveau régional en Angleterre est l’équivalent d’un niveau moyen dans un club français. Le stéréotype du « vieux papy » est souvent un pointeur de grande précision, d’une régularité remarquable et d’une analyse parfaite de la topographie des terrains de jeux, condition primordiale à la réalisation d’un bon point.

A titre d’exemple, je croyais avoir joué un bon point,  20 cm du but, qui allait forcer le tir de mes adversaires — et non, les « papys » gagnaient le point à chaque fois !

A Brighton, j’étais tireur tout simplement parce que j’appartenais à la minorité qui voulait bien s’essayer à cette discipline dans mon club et pas parce que je me berçais d’illusion sur ma réelle compétence. Pendant des années, j’ai malheureusement creusé les mauvaises habitudes qui sont apparues évidentes dès mes premières confrontations face aux joueurs locaux.

Mon tir était trop fort, tendu et court. À Brighton sur terrains souples ce style avait une certaine efficacité, mais ici, pas de chance. Les terrains très durs brûles par le soleil ne conviennent pas du tout à mon style, dans 99.9 % des cas ma boule de tir passait au dessus de la cible après avoir rebondie.

Par comparaison à la norme des joueurs locaux, je ne pouvais pas être classé comme tireur. Ici au bout de trois échecs vous êtes déclassé. Je suis donc pointeur, sauf qu’avec du recul je me rends compte que je n’ai pas progressé non plus à l’appoint. La maîtrise de la boule sur terrain dur est aussi difficile que le tir. Beaucoup de mes boules étaient longues, un bon point ne mérite cette appellation que s’il est devant le but. Toutes les boules qui sont jouées derrière vous attirent de cinglantes critiques.

Je suis passé d’un statut de meilleur joueur dans mon club à joueur sans spécialité, qui ne savait ni pointer, ni tirer. A mon grand regret, ici on ne vous accepte que si vous êtes un bon joueur, sans quoi personne ne vous invite à jouer — la défaite est mal vécue même lors d’une partie dite « amicale ». Il ne me reste que deux solutions : soit progresser très vite, soit acheté un billet retour.

Malgré mes défauts, j’étais et je suis toujours convaincu des bienfaits de l’entraînement. J’étais l’entraîneur qualifié dans mon club ou j’organisais des ateliers et des parties d’entraînements pour les membres. C'est-à-dire, d’adopter un modèle « sportif », ce qui est le cas dans la majorité de sports, où chaque club à un entraîneur qui s’occupe de la formation et la progression de joueurs et des équipes.

Mais ici il n’y a aucun entraînement — on dit, « la formation se fait par le jeu ». D’un côté, une grande déception, mais d’un autre, j’étais obligé de corriger mes fautes moi-même sans attendre l’aide des autres. Heureusement, mon rôle d’entraîneur m’a fourni une bonne connaissance de la base de jeu, ce qui m’a permis de recommencer à zéro.

J’ai soigneusement observé les meilleurs joueurs, leurs gestes et leur choix de tactique de jeu. Quelles étaient les différences entre leurs gestes et le mien et pourquoi jouaient-ils si bien et moi si mal ? Avec le temps quelques joueurs avec qui j’ai sympathisé mon donné quelques conseils. Le premier des reproches a été ma trop grande raideur dans ma gestuelle qui m’handicapait dans la maîtrise  de la boule, mon jet de boule était souvent trop long.

Pour  le tir l’un des meilleurs joueurs m’a expliqué comment envoyer la boule, plutôt qu’avec ma raideur naturelle, assouplir mon geste, ne pas forcer mon bras.

J’ai passé beaucoup de temps à l’entraînement pendant plus d’un an — mes mauvaises habitudes étant très difficile à corriger. Bien accepté par une frange de bons joueurs, je participe régulièrement aux  concours organisés par les clubs de La Ciotat avec même un certain succès et on me permet même de prendre le tir de temps en temps.

J’ai très peu joué en dehors de ma ville, il était difficile de monter une équipe où je me sentais à l’aise. Tous les bons joueurs sont déjà en équipes et il est pratiquement impossible de pénétrer ce milieu, surtout pour un étranger. Le niveau technique de ces concours est d’un niveau assez élevé, il n’est pas simple d’en gagner un.

Pourquoi ai-je progressé et qu’est-ce qui m’a vraiment aidé ?
·         Un bon climat, on peut jouer toute l’année.
·         Mon assiduité aux séances d’entraînement.
·         L’observation des meilleurs joueurs, leur technique, leurs choix stratégiques etc…
·         Les concours réguliers contre les meilleurs. 
·         La pratique sur différents types de terrains.
Il y a trois terrains principaux, plus quelques autres de moindre importance, dans différents quartiers de La Ciotat.
·         Jules le Noir, ou est née la pétanque. Un terrain de plusieurs jeux (une trentaine environ) certains en pente, d’autres empierrés, certains lisses et d’autres réunissant toutes les caractéristiques.
·         Le Cercle des Boulomanes avec un terrain d’une capacité de jeux équivalente moins accidentés, plutôt orientés vers le Jeu Provençal.
·         Le Lido – ce n’est pas un club, mais on y joue tous les jours. On y trouve racines, ornières, rigoles, pierres, pentes, très technique et difficile à jouer.

C’est sur les terrains très accidentés qu’il faut apprendre à bien pointer, c’est là que le choix de  « la donnée » devient primordial. Sur un terrain lisse et plat le simple lancé droit vers le but peu suffire. Sur un terrain accidenté, il faut porter la boule avec précision dans la donnée. Il va de soit que la nature du terrain n’influe en rien sur les techniques de tirs. Ce qui est un autre sujet. 

Pendant mes stages d’entraînement, j’employais souvent l’expression « Mal tapé – ça n’existe pas ! » — je voulais dire que soit le joueur à mal choisi la donnée, soit il l’a raté. Mais ici, sur les terrains très accidentés, j’ai changé l’expression, « Bien tapé – ça n’existe pas ! »

En Angleterre, je savais que mon style de jeu avait des lacunes, mais comme il me permettait de gagner, je me suis installé dans la facilité, un joueur paresseux qui victoires aidant, n’a pas su élevé son niveau. J’ai bénéficié de l’aide de certains joueurs, mais il n’existait pas de base d’entraînement comme dans les autres sports, avec un programme pour progresser régulièrement tout au long de l’année. A la soixantaine passée, je joue probablement mieux que jamais, mais je sais aussi qu’il est trop tard pour devenir un champion. Si je pouvais recommencer à zéro avec un bon entraînement peut être… !

Je suis de plus en plus convaincu de l’importance d’une bonne formation, s’entraîner régulièrement en essayant de toujours progresser. Oui, je sais qu’il y a beaucoup qui disent « tout est inné ». Je suis tout à fait d’accord que les champions possèdent « un don » mais l’entraînement permet chacun d’atteindre le maximum de leur potentiel — et même les champions passent des années d’entraînement afin d’être « Champion ».

Boules
Je suis assez grand, 1,85m, et avec mes grandes mains j’ai toujours joué avec de grosses boules  76mm 700g. Ici, la majorité des joueurs sont plus petits et ils jouent avec des boules plus petites. On m’a souvent dit que mes boules, qu’ils surnommaient « des melons » étaient trop grosses pour la pétanque. Maintenant je m’essaye aux boules plus petites, 75mm et 74mm, mais je pense avoir tort de souvent changer de boules et je comprends mieux la remarque des anciens « ce n’est pas la boule, petit, c’est le bras qui compte ».

Le mental
J’ai également beaucoup pensé au côté mental du jeu. Au début, on m’a tellement critiqué — sans jamais penser à m’aider ! — et handicapé par mes lacunes je manquais d’assurance, j’ai même envisagé d’arrêter de jouer. Maintenant, mes progrès m’ont rendu plus serein, j’ai plus confiance en moi, et j’affronte plus tranquillement les opérations de déstabilisation de certains de mes adversaires. La façon d’agir de ces joueurs est connue, elle vous oblige à vous concentrer sur votre jeu  et faire fi de leurs commentaires.

Le Jeu Provençal
Enfin et surtout le jeu provençal — jeu de boules roi avant l’invention de la pétanque. Ce jeu ne se pratique pas en Angleterre mais ici il reste très populaire parmi certains joueurs. Contrairement à la pétanque il ne peut se pratiquer partout. Il se joue sur une distance de 15 à 20m. Orienter votre jeu sur un pas en dehors du cercle et rester sur un pied pour pointer votre boule. Le tir est plus énergique — il vous faut effectuer les trois pas vers la cible. Une partie en 13 points peut durer de 3 à 4 heures, c’est E-N-O-R-M-E-M-E-N-T long et il faut beaucoup de patience pour jouer. Le tir est très difficile, c’est pour cette raison que vous rencontrerez très peu de vrais tireurs. Vous pourrez assister à des parties de 3 h. sans aucun tir (tous les joueurs sont des pointeurs). Donc, souvent c’est un jeu de défense. Par contre, la pétanque se joue sur un rythme plus dynamique — où le tir est aussi important que le point — et à la portée d’un plus grand nombre. Pour les amateurs de cricket, c’est la différence entre un Test Match qui dure 5 jours et un match 20-20 qui ne dure que 20 mènes.

Après une période d’apprentissage, il y a des jours où je suis capable de bien pointer.  J’ai finalement réussi à contrôler mon lancer et maîtriser la distance. Comme tous les joueurs, de temps en temps je m’essaie au tir. La difficulté à maîtriser la course et le lancer fait que toucher la cible cela tient plus de la chance que d’un savoir-faire.  Mon titre de gloire est que « Miracle » J’ai fait un carreau au Provençal 13, mon premier concours. Depuis il m’est arrivé d’en faire un à l’entraînement mais plus jamais dans un concours.

À suivre.

Raymon Ager

(Merci Raymond pour ce superbe témoignage... Tout en français qui plus est !)


   

Aucun commentaire: